Tous les tests
Quels tests cliniques pour l'instabilité lombaire ?
TEST

Quels tests cliniques pour l'instabilité lombaire ?

Évaluation du rachis lombaire
L’objectif de ce test

Le cluster de tests suivant est couramment utilisé dans le diagnostic d’une instabilité lombaire.
   
La lombalgie n'est pas un état homogène et la différenciation de sous-groupes de lombalgie est souvent nécessaire pour aider à la prise de décisions cliniques. L’instabilité lombaire est un sous-groupe important de lombalgie (Areeudomwong et al. 2020). Elle peut être classée en deux types : d’une part l'instabilité lombaire radiologique qui est identifiée par les radios en flexion-extension ; et d’autre part l'instabilité lombaire clinique qui est une cause importante de lombalgie et qui est souvent non visible sur les examens radiologiques (Panjabi, 2003, Cook et al. 2006). Cette entité clinique est définie comme une diminution de la capacité du système de stabilisation du rachis à maintenir la zone neutre de la colonne dans les limites physiologiques. De cette manière, ce système stabilisateur protège des déficits neurologiques, des déformations majeures ou des douleurs incapacitantes (Panjabi,1992, Areeudomwong et al. 2020).
   
La zone neutre est une région autour de la position neutre où les structures passives de la colonne vertébrale offrent le moins de résistance au mouvement intervertébral (Panjabi, 1992, Hicks et al. 2003). Cette zone semble être une mesure cliniquement importante de la stabilité de la colonne vertébrale. Elle peut augmenter en cas de blessure du rachis ou de faiblesse musculaire, ce qui peut entraîner une instabilité de la colonne et des douleurs lombaires (Panjabi, 1992, Yue et al. 2007). Le système de stabilisation de la colonne vertébrale s'ajuste pour que la zone neutre reste dans certains seuils physiologiques afin d'éviter une instabilité clinique. Elle peut ainsi être diminuée, et ramenée dans les limites physiologiques, par la formation d'ostéophytes, le renforcement musculaire ou la fixation chirurgicale (Panjabi, 1992, Panjabi, 2003, Yue et al. 2007).
   
Une augmentation du balancement du corps a été trouvée chez les patients souffrant de lombalgie. Cette observation témoigne d’un système de contrôle neuro-musculaire moins efficace avec une capacité réduite à maintenir la stabilité vertébrale nécessaire. On pourrait parler alors d’instabilité clinique (Panjabi, 2003).
   
En 2020, une étude a révélé que l'utilisation d'un groupe de tests produisait des résultats plus précis qu’un test seul pour identifier une instabilité lombaire. Ainsi, quatre tests ont été proposés afin d’augmenter la fiabilité du diagnostic et un score de trois tests positifs sur quatre aurait une sensibilité de 47,8% et une spécificité de 91,7% (Areeudomwong et al. 2020). Ce cluster est composé de l’apprehension sign, de l’instability catch sign, du painful catch sign et du prone instability test.
   
L’apprehension sign se produit lorsque le patient ressent une sensation d'affaissement du bas du dos avec l'apparition soudaine d'une douleur lombaire pendant les mouvements de la vie quotidienne. Si ce signe d'appréhension est présent au moins une fois sur les sept derniers jours, le résultat du test est considéré comme positif.
   
Les auteurs ont ajouté la contraction du transverse à l’instability catch sign et au painful catch sign. Cette contraction semble permettre de réduire de manière significative l'intensité de la douleur liée à l'activité et pourrait servir de facteur de soulagement lorsqu'il est couplé à ces tests (Areeudomwong et al. 2020).
   

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser l’instability catch sign, le patient est debout. Il est invité à se pencher le plus loin possible vers l’avant puis à revenir à la position de départ. Le thérapeute analyse la capacité du patient à revenir sans douleur à la position debout érigée. Les patients présentant une instabilité lombaire auront tendance à ressentir une douleur soudaine lors du mouvement de retour.
La même manœuvre est ensuite réalisée en ajoutant une contraction du transverse. Le test est considéré comme positif si le patient est limité par la douleur lors de l’extension sans contraction du transverse mais qu’il est capable de revenir à la position érigée avec la contraction du transverse.
   
Pour réaliser le painful catch sign, le patient est en couché dorsal. Il est invité à lever les deux jambes tendues aussi loin que possible puis à les abaisser lentement et revenir à la position de départ. Ensuite, le patient réalise ce test avec la contraction du transverse.
Le résultat du test est considéré comme positif si les jambes du patient tombent soudainement sur la table à cause d'une douleur lombaire dans la première étape, mais qu'il est capable de revenir à la position de départ lors de la deuxième étape avec la contraction du transverse.
   
Enfin pour réaliser le prone instability test, le patient est en procubitus avec le haut du corps sur la table jusqu’aux EIAS. Ses jambes dépassent du bord de la table, ses genoux sont fléchis et ses pieds reposent sur le sol. Pendant que le sujet est dans cette position, le thérapeute applique un mouvement de glissement intervertébral passif postéro-antérieur sur chaque segment de la colonne lombaire. Il est demandé au patient de signaler toute provocation de la douleur.
Ensuite, le thérapeute demande au sujet de contracter les muscles de la colonne lombaire et de soulever les jambes du sol. Il peut s'accrocher à la table avec ses mains pour maintenir la position. Des glissements postéro-antérieurs sur les processus épineux sont de nouveau appliqués sur tous les segments préalablement identifiés comme douloureux.
Le test est positif lorsqu'une douleur est provoquée pendant la première partie du test mais qu'elle disparaît lorsque le patient effectue une contraction active des muscles extenseurs lombaires (Hicks et al. 2003, Areeudomwong et al. 2020).

En théorie, il est possible que lorsque les muscles para-spinaux sont relâchés dans l’étape une, le thérapeute puisse produire une force de cisaillement antérieure sur chaque vertèbre et ainsi déterminer la réponse symptomatique du patient. Lors de la deuxième étape du test, l'activation des muscles para-spinaux lombaires empêcherait le cisaillement antérieur des vertèbres lombaires. Si le cisaillement antérieur était à l'origine des symptômes dans la première position, il devrait alors être atténué dans la deuxième étape du test (Ravenna et al. 2011).
   

Valeur clinique

Dans leur étude en 2003, Hicks et al. ont trouvé une fiabilité élevée du prone instability test dans le diagnostic de l’instabilité lombaire (Hicks et al. 2003).
   

Par ailleurs, en 2005 Hicks et al. ont proposé une règle de prédiction du succès d’un programme d’exercice de stabilisation chez un patient lombalgique. Cette règle de prédiction comprenait un prone instability test positif, un âge inférieur à 40 ans, un SLR actif positif supérieur à 91° et la présence d’un mouvement aberrant lors de l’analyse des ROM lombaires. La présence de trois de ces critères ou plus est un indice de succès d’un tel programme d’exercice avec une sensibilité de 56% et une spécificité de 86% (Hicks et al. 2005).
   
 

Bibliographie

Areeudomwong, P., Jirarattanaphochai, K., Ruanjai, T., & Buttagat, V. (2020). Clinical utility of a cluster of tests as a diagnostic support tool for clinical lumbar instability. Musculoskeletal Science and Practice, 102224. doi:10.1016/j.msksp.2020.102224
   
Cook, C., Brismée, J.-M., & Sizer, P. S. (2006). Subjective and objective descriptors of clinical lumbar spine instability: A Delphi study. Manual Therapy, 11(1), 11–21. doi:10.1016/j.math.2005.01.002
   
Hicks, G. E., Fritz, J. M., Delitto, A., & Mishock, J. (2003). Interrater reliability of clinical examination measures for identification of lumbar segmental instability11No commercial party having a direct financial interest in the results of the research supporting this article has or will confer a benefit upon the author(s) or upon any organization with which the author(s) is/are associated. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 84(12), 1858–1864. doi:10.1016/s0003-9993(03)00365-4
   
Hicks, G. E., Fritz, J. M., Delitto, A., & McGill, S. M. (2005). Preliminary Development of a Clinical Prediction Rule for Determining Which Patients With Low Back Pain Will Respond to a Stabilization Exercise Program. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 86(9), 1753–1762. doi:10.1016/j.apmr.2005.03.033
   
Panjabi, Manohar M. « Clinical Spinal Instability and Low Back Pain ». Journal of Electromyography and Kinesiology: Official Journal of the International Society of Electrophysiological Kinesiology 13, no 4 (août 2003): 371‑79.
   
Panjabi, Manohar M. « The Stabilizing System of the Spine. Part II. Neutral Zone and Instability Hypothesis ». Clinical Spine Surgery 5, no 4 (décembre 1992): 390–397.
   
Ravenna, Margaret M., Shannon L. Hoffman, et Linda R. Van Dillen. « Low Inter-rater Reliability of Examiners Performing the Prone Instability Test, a Clinical Test for Lumbar Shear Instability ». Archives of physical medicine and rehabilitation 92, no 6 (juin 2011): 913‑19.
   
Yue, J. J., Timm, J. P., Panjabi, M. M., & La Torre, J. J.-D. (2007). Clinical application of the Panjabi neutral zone hypothesis: the Stabilimax NZ posterior lumbar dynamic stabilization system. Neurosurgical Focus, 22(1), 1–3. doi:10.3171/foc.2007.22.1.12

Modules associés

Fiches synthèses associées

Échelles et scores

FABQ : Fear-Avoidance Beliefs Questionnaire
Illimité
STarT Back Screening Tool
Illimité
Questionnaire Tampa (TSK)
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis (optionnel mais apprécié 🙂  🙏)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
Tous les tests
Quels tests cliniques pour l'instabilité lombaire ?
TEST

Quels tests cliniques pour l'instabilité lombaire ?

Évaluation du rachis lombaire
L’objectif de ce test

Le cluster de tests suivant est couramment utilisé dans le diagnostic d’une instabilité lombaire.
   
La lombalgie n'est pas un état homogène et la différenciation de sous-groupes de lombalgie est souvent nécessaire pour aider à la prise de décisions cliniques. L’instabilité lombaire est un sous-groupe important de lombalgie (Areeudomwong et al. 2020). Elle peut être classée en deux types : d’une part l'instabilité lombaire radiologique qui est identifiée par les radios en flexion-extension ; et d’autre part l'instabilité lombaire clinique qui est une cause importante de lombalgie et qui est souvent non visible sur les examens radiologiques (Panjabi, 2003, Cook et al. 2006). Cette entité clinique est définie comme une diminution de la capacité du système de stabilisation du rachis à maintenir la zone neutre de la colonne dans les limites physiologiques. De cette manière, ce système stabilisateur protège des déficits neurologiques, des déformations majeures ou des douleurs incapacitantes (Panjabi,1992, Areeudomwong et al. 2020).
   
La zone neutre est une région autour de la position neutre où les structures passives de la colonne vertébrale offrent le moins de résistance au mouvement intervertébral (Panjabi, 1992, Hicks et al. 2003). Cette zone semble être une mesure cliniquement importante de la stabilité de la colonne vertébrale. Elle peut augmenter en cas de blessure du rachis ou de faiblesse musculaire, ce qui peut entraîner une instabilité de la colonne et des douleurs lombaires (Panjabi, 1992, Yue et al. 2007). Le système de stabilisation de la colonne vertébrale s'ajuste pour que la zone neutre reste dans certains seuils physiologiques afin d'éviter une instabilité clinique. Elle peut ainsi être diminuée, et ramenée dans les limites physiologiques, par la formation d'ostéophytes, le renforcement musculaire ou la fixation chirurgicale (Panjabi, 1992, Panjabi, 2003, Yue et al. 2007).
   
Une augmentation du balancement du corps a été trouvée chez les patients souffrant de lombalgie. Cette observation témoigne d’un système de contrôle neuro-musculaire moins efficace avec une capacité réduite à maintenir la stabilité vertébrale nécessaire. On pourrait parler alors d’instabilité clinique (Panjabi, 2003).
   
En 2020, une étude a révélé que l'utilisation d'un groupe de tests produisait des résultats plus précis qu’un test seul pour identifier une instabilité lombaire. Ainsi, quatre tests ont été proposés afin d’augmenter la fiabilité du diagnostic et un score de trois tests positifs sur quatre aurait une sensibilité de 47,8% et une spécificité de 91,7% (Areeudomwong et al. 2020). Ce cluster est composé de l’apprehension sign, de l’instability catch sign, du painful catch sign et du prone instability test.
   
L’apprehension sign se produit lorsque le patient ressent une sensation d'affaissement du bas du dos avec l'apparition soudaine d'une douleur lombaire pendant les mouvements de la vie quotidienne. Si ce signe d'appréhension est présent au moins une fois sur les sept derniers jours, le résultat du test est considéré comme positif.
   
Les auteurs ont ajouté la contraction du transverse à l’instability catch sign et au painful catch sign. Cette contraction semble permettre de réduire de manière significative l'intensité de la douleur liée à l'activité et pourrait servir de facteur de soulagement lorsqu'il est couplé à ces tests (Areeudomwong et al. 2020).
   

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser l’instability catch sign, le patient est debout. Il est invité à se pencher le plus loin possible vers l’avant puis à revenir à la position de départ. Le thérapeute analyse la capacité du patient à revenir sans douleur à la position debout érigée. Les patients présentant une instabilité lombaire auront tendance à ressentir une douleur soudaine lors du mouvement de retour.
La même manœuvre est ensuite réalisée en ajoutant une contraction du transverse. Le test est considéré comme positif si le patient est limité par la douleur lors de l’extension sans contraction du transverse mais qu’il est capable de revenir à la position érigée avec la contraction du transverse.
   
Pour réaliser le painful catch sign, le patient est en couché dorsal. Il est invité à lever les deux jambes tendues aussi loin que possible puis à les abaisser lentement et revenir à la position de départ. Ensuite, le patient réalise ce test avec la contraction du transverse.
Le résultat du test est considéré comme positif si les jambes du patient tombent soudainement sur la table à cause d'une douleur lombaire dans la première étape, mais qu'il est capable de revenir à la position de départ lors de la deuxième étape avec la contraction du transverse.
   
Enfin pour réaliser le prone instability test, le patient est en procubitus avec le haut du corps sur la table jusqu’aux EIAS. Ses jambes dépassent du bord de la table, ses genoux sont fléchis et ses pieds reposent sur le sol. Pendant que le sujet est dans cette position, le thérapeute applique un mouvement de glissement intervertébral passif postéro-antérieur sur chaque segment de la colonne lombaire. Il est demandé au patient de signaler toute provocation de la douleur.
Ensuite, le thérapeute demande au sujet de contracter les muscles de la colonne lombaire et de soulever les jambes du sol. Il peut s'accrocher à la table avec ses mains pour maintenir la position. Des glissements postéro-antérieurs sur les processus épineux sont de nouveau appliqués sur tous les segments préalablement identifiés comme douloureux.
Le test est positif lorsqu'une douleur est provoquée pendant la première partie du test mais qu'elle disparaît lorsque le patient effectue une contraction active des muscles extenseurs lombaires (Hicks et al. 2003, Areeudomwong et al. 2020).

En théorie, il est possible que lorsque les muscles para-spinaux sont relâchés dans l’étape une, le thérapeute puisse produire une force de cisaillement antérieure sur chaque vertèbre et ainsi déterminer la réponse symptomatique du patient. Lors de la deuxième étape du test, l'activation des muscles para-spinaux lombaires empêcherait le cisaillement antérieur des vertèbres lombaires. Si le cisaillement antérieur était à l'origine des symptômes dans la première position, il devrait alors être atténué dans la deuxième étape du test (Ravenna et al. 2011).
   

Valeur clinique

Dans leur étude en 2003, Hicks et al. ont trouvé une fiabilité élevée du prone instability test dans le diagnostic de l’instabilité lombaire (Hicks et al. 2003).
   

Par ailleurs, en 2005 Hicks et al. ont proposé une règle de prédiction du succès d’un programme d’exercice de stabilisation chez un patient lombalgique. Cette règle de prédiction comprenait un prone instability test positif, un âge inférieur à 40 ans, un SLR actif positif supérieur à 91° et la présence d’un mouvement aberrant lors de l’analyse des ROM lombaires. La présence de trois de ces critères ou plus est un indice de succès d’un tel programme d’exercice avec une sensibilité de 56% et une spécificité de 86% (Hicks et al. 2005).
   
 

Bibliographie

Areeudomwong, P., Jirarattanaphochai, K., Ruanjai, T., & Buttagat, V. (2020). Clinical utility of a cluster of tests as a diagnostic support tool for clinical lumbar instability. Musculoskeletal Science and Practice, 102224. doi:10.1016/j.msksp.2020.102224
   
Cook, C., Brismée, J.-M., & Sizer, P. S. (2006). Subjective and objective descriptors of clinical lumbar spine instability: A Delphi study. Manual Therapy, 11(1), 11–21. doi:10.1016/j.math.2005.01.002
   
Hicks, G. E., Fritz, J. M., Delitto, A., & Mishock, J. (2003). Interrater reliability of clinical examination measures for identification of lumbar segmental instability11No commercial party having a direct financial interest in the results of the research supporting this article has or will confer a benefit upon the author(s) or upon any organization with which the author(s) is/are associated. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 84(12), 1858–1864. doi:10.1016/s0003-9993(03)00365-4
   
Hicks, G. E., Fritz, J. M., Delitto, A., & McGill, S. M. (2005). Preliminary Development of a Clinical Prediction Rule for Determining Which Patients With Low Back Pain Will Respond to a Stabilization Exercise Program. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 86(9), 1753–1762. doi:10.1016/j.apmr.2005.03.033
   
Panjabi, Manohar M. « Clinical Spinal Instability and Low Back Pain ». Journal of Electromyography and Kinesiology: Official Journal of the International Society of Electrophysiological Kinesiology 13, no 4 (août 2003): 371‑79.
   
Panjabi, Manohar M. « The Stabilizing System of the Spine. Part II. Neutral Zone and Instability Hypothesis ». Clinical Spine Surgery 5, no 4 (décembre 1992): 390–397.
   
Ravenna, Margaret M., Shannon L. Hoffman, et Linda R. Van Dillen. « Low Inter-rater Reliability of Examiners Performing the Prone Instability Test, a Clinical Test for Lumbar Shear Instability ». Archives of physical medicine and rehabilitation 92, no 6 (juin 2011): 913‑19.
   
Yue, J. J., Timm, J. P., Panjabi, M. M., & La Torre, J. J.-D. (2007). Clinical application of the Panjabi neutral zone hypothesis: the Stabilimax NZ posterior lumbar dynamic stabilization system. Neurosurgical Focus, 22(1), 1–3. doi:10.3171/foc.2007.22.1.12

Fiches synthèses associées

Échelles et scores

FABQ : Fear-Avoidance Beliefs Questionnaire
Illimité
STarT Back Screening Tool
Illimité
Questionnaire Tampa (TSK)
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis à propos de ce test (optionnel)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
This is some text inside of a div block.

Passez en Illimité

Passez dès maintenant en abonnement ILLIMITÉ pour accéder à ce test
Sans engagement
Déductible des frais professionnels
Nous répondons en quelques minutes

Ils utilisent Fullphysio, Ils témoignent

Peggy G.
Kinésithérapeute libérale
Je suis kiné depuis 24 ans, il est utile et indispensable de revoir les fondamentaux étayés par les nouvelles données scientifiques. Fullphysio est devenu un partenaire de travail efficace pour être toujours au top en un minimum de temps! la plateforme est facile d'utilisation, les fiche synthétisent parfaitement bien ce qui est essentiel à notre pratique quotidienne, de l'anatomie en passant par la biomécanique, le bilan diagnostic, le traitement et la bibliographie. belle et découverte et j'attend toujours avec impatience les nouveaux modules! Merci à toute l'équipe.
Emma U.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio constitue une base de données forte utile que j'utilise régulièrement dans ma pratique"
Justine D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est à coup sûr un outil qui m'est utile dans ma formation continue grâce aux quiz, vidéos, synthèses et modules"
Julien C.
Kinésithérapeute libéral
"Je suis kiné libéral depuis peu et j'ai découvert Fullphysio il y a quelques mois. Cette plateforme est constituée de superbes modules très complets et des fiches synthèses qui permettent en un coup d'œil de revoir les fondamentaux de certaines pathologies ! C'est un nouvel outil que j'utilise au quotidien, et qui m'aide à développer mes connaissances théoriques et pratiques, grâce aux vidéos de tests et d'exercices. Enfin chez Fullphysio votre voix compte ! Vous pouvez voter pour les prochains thèmes que vous aimeriez voir sortir. Merci à l'équipe de Fullphysio toujours à l'écoute, et qui nous facilite le travail au quotidien."
Marie P.
Étudiante kiné en 4ème année
"Je cherche à me préparer dès maintenant aux spécificités de ma future pratique professionnelle de kiné libéral. Fullphysio est un excellent moyen d’approfondir mes connaissances à propos de pathologies que je rencontrerai. Ce qui me plaît particulièrement dans Fullphysio est la manière dont sont élaborés les modules. Cela me permet de m’y retrouver très facilement et de me projeter de manière plus concrète dans la prise en charge de patients. De plus, toutes ces ressources sont établies à partir de données récentes et proviennent de sources scientifiques fiables."
Rémy M
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio m’a permis de développer beaucoup de connaissances qui étaient lointaines pour moi au niveau des pathologies ainsi qu’au niveau traitements. La qualité de l’enseignement et les exercices adaptés à chaque type de pathologie permettent un apprentissage total. Fullphysio me facilite vraiment la vie car toutes les informations sont basées sur l’évidence donc ça me permet de lire directement sans avoir à chercher par mes propres moyens. Fullphysio est une plateforme complète, interactive et très ludique avec les quiz pour se tester, l’accès aux différentes vidéos, aux différents tests qui permettent d’éliminer ou d’argumenter les différentes pathologies que peut avoir notre patient."
Arthur P.
Étudiant kiné en 4ème année
"En tant qu’étudiant en 4ème année et futur professionnel, Fullphysio m’aide à organiser mes séances, revoir mes pathologies et avoir des exemples d’exercices à adapter dans ma prise en charge avec mon patient. Je gagne beaucoup de temps avec des fiches claires et synthétiques ! On ressent beaucoup de travail derrière chaque module ! Je recommande !"
Simon G
Kinésithérapeute libéral
"Afin d’être mieux préparé à prendre en charge une pathologie bien spécifique, je n’hésite pas à consulter fullphysio.io"
Antonio B.
Étudiant kiné en 4ème année
Je suis étudiant en 4ème année, avec Fullphysio j'ai de quoi enrichir mes connaissances sur plein de sujets variés. Les modules sont hypers intéressants et à la page de l'actualité. Avec Fullphysio je gagne du temps dans mes révisions. L'équipe est très professionnelle et à l'écoute !
Julie D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est une plateforme très pratique qui regroupe beaucoup d’informations. Elle est très bien organisée, par thème et facile à utiliser. À souligner également le chouette suivi de la part de l'équipe"
Paloma M.
Étudiante kiné en 2ème année
"Étant en seconde année de kiné et voulant compléter mon enseignement. Je m'appuie désormais tous les jours sur toutes les ressources que propose Fullphysio. Les synthèses sont complètes, simples et organisées, à l'image du site d'ailleurs. Ce qui me fait gagner un temps non négligeable ! Merci beaucoup du travail que vous fournissez."
Pierre H
Kinésithérapeute libéral
"La centralisation des informations proposée par Fullphysio m'a permis de gagner un temps précieux sur mon emploi du temps. Je pourrais difficilement m'en passer maintenant"
Émilie P.
Kinésithérapeute libéral
"Grâce à Fullphysio j’ai pu améliorer la prise en charge de mes patients très rapidement !”
Savanah H.
Kinésithérapeute libéral
“Fullphysio est devenu pour moi la façon idéale de tester et rafraîchir mes connaissance grâce aux nombreux outils mis à notre disposition"
Antoine P.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est un outil très intéressant pour tout kinésithérapeute désirant maintenir ses compétences à jour"
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.

On nous pose souvent ces questions, on y répond !

À quelle fréquence sont ajoutées les ressources ?
Nous ajoutons de nouvelles ressources toutes les semaines. La conception de ces ressources nous demande un travail de recherche scientifique extrêmement important afin de vous fournir des contenus de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. 

Les modules et les fiches synthèses sont les ressources qui demandent le plus de préparation. Celles-ci sont ajoutées en moyenne tous les 15 jours.
Concernant les autres ressources, celles-ci sont ajoutées toutes les semaines.
Les ressources sont-elles régulièrement mises à jour ?
Absolument ! Nous veillons à mettre régulièrement à jour toutes nos ressources afin que vous restiez à la page et à la pointe de l'actualité en kinésithérapie.
Vous devez mettre beaucoup de temps pour créer les ressources, non ?
Toute l’équipe est mobilisée pour vous proposer des ressources de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. Nous travaillons chaque jour avec passion pour arriver à ce résultat !
Pour vous donner un ordre d'idée, pour un module et ses ressources associées, cela nous demande entre 5 à 10 jours de travail complet et 4 personnes mobilisées.

Beaucoup de travail pour nous, mais un gain de temps incroyable pour vous !
Puis-je démarrer avec un abonnement Découverte (gratuit) et passer en Illimité par la suite ?
Tout à fait ! Vous pouvez découvrir la plateforme à votre rythme avec l’abonnement Découverte qui est gratuit et passer en Illimité quand vous le souhaiterez.
Je veux souscrire à un abonnement Illimité. Comment utiliser mon code de parrainage ou mon code promo ?
Au moment où la fenêtre de paiement s’affiche vous avez simplement à cliquer sur “J’ai un code promotionnel” (voir ci-dessous) puis à indiquer votre code. La réduction sera appliquée.
Quels sont les moyens de paiements pour souscrire à un abonnement Illimité ?
Vous avez la possibilité de régler votre abonnement par carte bancaire via notre solution de paiement sécurisée Stripe.
Si je prends un abonnement Illimité mensuel, dois-je payer manuellement tous les mois ou c’est automatique ?
Votre abonnement se renouvelle automatiquement tous les mois. Vous n’avez rien à faire !
Les abonnements sont-ils vraiment sans engagement ?
Oui, les abonnements sont sans engagement. Vous avez la possibilité de résilier très facilement votre abonnement à tout moment en vous rendant sur votre Tableau de bord > Abonnement > annuler mon abonnement.
Comment modifier mon moyen de paiement ?
Rendez-vous sur votre Tableau de bord > Abonnement > Gérer mon abonnement & informations de paiement.
À qui s'adresse Fullphysio ?
Étudiants : Aux étudiants qui souhaitent gagner du temps dans la compréhension des pathologies étudiées en cours et appréhender de manière concrète les pathologies qu'ils traiteront en tant que kinésithérapeute !

Kinésithérapeutes : Aux kinés qui souhaitent gagner du temps dans la recherche d’informations essentielles à la bonne prise en charge de vos patients et qui veulent gagner en efficacité ainsi qu'en confiance dans leurs prises en charge.Aux kinés qui souhaitent perfectionner leurs compétences en permanence afin d’améliorer les résultats de leurs traitements.
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS !
Fullphysio, c’est une équipe à votre service !
Pour toute demande contactez-nous par email ou par téléphone :
+33 7 80 99 74 37
contact@fullphysio.io

Ou posez-nous directement une question ici !

Nous avons reçu votre demande !
Oups ! Il semblerait qu'un champ du formulaire soit erroné !