Tous les tests
Quels tests pour une épicondylalgie latérale ?
TEST

Quels tests pour une épicondylalgie latérale ?

Évaluation du coude
L’objectif de ce test

L'épicondylalgie latérale, également connue sous le nom de "Tennis Elbow", est le syndrome de surutilisation le plus courant du coude. Elle touche 50 % des joueurs de tennis, notamment les débutants apprenant le revers à une main. Néanmoins, seulement 10 % de tous les patients atteints d’EL jouent au tennis (Ollivierre et al. 1996).
Le court extenseur radial du carpe (ECRB) est le muscle le plus fréquemment touché. Les muscles pronateurs et autres muscles extenseurs du carpe sont également fréquemment atteints.

L'étiologie exacte de l’épicondylalgie latérale (EL) n'a pas été bien identifiée.
Si à l'origine cette pathologie était considérée comme un processus inflammatoire, en particulier dans ses phases initiales, des études histopathologiques ont montré qu'il n'y a pas de cellules inflammatoires dans les biopsies d’épicondylalgie chronique (Kannus et al. 1991 ; Kraushaar et al. 1999). De plus en plus de preuves l'identifient comme une tendinose, un processus dégénératif symptomatique. Dans les situations d'étirements répétitifs, de multiples microdéchirures du tendon provoquent potentiellement une dénaturation irréversible des protéines matricielles et une prolifération du tissu fibreux (Patterson-Kane et al. 2012). Au fil du temps, ces tissus cicatriciels sont vulnérables aux forces répétitives, avec d'autres déchirures ultérieures.

La plupart des cas d’EL peuvent être cliniquement confirmés par une anamnèse approfondie sur les antécédents et des examens physiques.

Tout test capable de déclencher les symptômes typiques de l’EL peut être considéré comme une modalité d'examen efficace pour diagnostiquer un tennis elbow.

Parmi ces tests, on retrouve le test de Mill, le test de Maudsley, le test de Cozen, le test de Polk et un test de préhension avec dynamomètre.

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser le test de Mill, le patient est debout avec le coude en flexion. Avec une main, le thérapeute vient stabiliser l’avant-bras et utilise son pouce pour palper l’épicondyle latéral de l’humérus. Ensuite le kiné vient effectuer une pronation de l’avant bras, une flexion du poignet et une extension du coude, pour mettre en tension le long et court extenseur radial du carpe.

Le test est positif si le patient ressent des douleurs et des symptômes familiers.

Pour réaliser le test de Maudsley, le patient est assis et tend la main devant lui, l’avant bras en pronation. Avec une main le kiné vient stabiliser l’avant-bras tout en utilisant le pouce pour palper l’épicondyle latérale et avec l’autre main, il place une résistance sur la face dorsale de la 3ème phalange du majeur. Le patient exerce donc une extension active du majeur contre la résistance du thérapeute. Le test est positif s’il reproduit les symptômes en regard de l’épicondyle latéral.

Pour effectuer le test de Cozen, le patient est en position assise, l’avant-bras étendu. Le thérapeute maintient l'avant bras du patient en palpant l’épicondyle latéral. Il place le poignet du patient en pronation, en légère inclinaison radiale et en flexion dorsale, poing fermé. Le patient est invité à déplacer le poignet en flexion dorsale à laquelle le thérapeute oppose une résistance. Le test est positif si une douleur familière est reproduite en regard de l'épicondyle latéral.

Pour réaliser le test de Polk, le patient est assis et le coude fléchi. Le thérapeute lui demande de soulever un objet d'environ 2,5 kg de deux manières différentes.

La première phase du test de Polk est destinée à stresser les extenseurs et supinateurs du poignets tels que le court et long extenseur radial du carpe, le brachioradial et le supinateur. Le patient est invité à soulever l’objet avec l’avant-bras en pronation de sorte que la face palmaire de la main soit orientée vers le sol. La douleur produite dans le coude, généralement dans la région de l'épicondyle latéral, lors de cette manœuvre est évocatrice d'une épicondylalgie latérale. En l'absence d'épicondylalgie latérale, le patient effectue généralement cette manœuvre assez facilement et sans douleur.

La phase 2 consiste à stresser les fléchisseurs et pronateurs du poignet tels que le fléchisseur radial du carpe, le fléchisseur ulnaire du carpe, le fléchisseur superficiel des doigts, le long palmaire, le carré pronateur et le rond pronateur.

Pour effectuer le test, le patient est invité à saisir de nouveau le livre mais cette fois-ci avec la paume vers le haut, c’est à dire avec l’avant-bras en supination. Le test est positif pour une épicondylalgie médiale si une douleur est ressentie en regard de l’épicondyle médial.

En 2007, Dorf et al ont évalué la force de préhension avec un dynamomètre de Jamar à la fois avec le coude en flexion à 90° et avec le coude complètement étendu devant le patient.

Valeur clinique

Excepté pour le test de préhension avec un dynamomètre de Jamar, aucune étude de bonne qualité n’a évalué la valeur clinique pour les tests précédemment cités.

Pour le test de préhension, les auteurs ont indiqués qu’une diminution de la force de préhension en extension de 8 % par rapport à la force de préhension en flexion s'est avérée être précise à 83 % pour distinguer les extrémités atteintes d’une EL, des extrémités non atteintes (Dorf et al. 2007).

Bibliographie

Dorf, Erik R., A. Bobby Chhabra, S. Raymond Golish, Jasmin L. McGinty, et Michael E. Pannunzio. « Effect of Elbow Position on Grip Strength in the Evaluation of Lateral Epicondylitis ». The Journal of Hand Surgery 32, nᵒ 6 (août 2007): 882‑86.

Kannus, P. « Etiology and Pathophysiology of Chronic Tendon Disorders in Sports ». Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports 7, nᵒ 2 (avril 1997): 78‑85.

Kraushaar, B. S., et R. P. Nirschl. « Tendinosis of the Elbow (Tennis Elbow). Clinical Features and Findings of Histological, Immunohistochemical, and Electron Microscopy Studies ». The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume 81, nᵒ 2 (février 1999): 259‑78.

Ollivierre, C. O., et R. P. Nirschl. « Tennis Elbow. Current Concepts of Treatment and Rehabilitation ». Sports Medicine (Auckland, N.Z.) 22, nᵒ 2 (août 1996): 133‑39.

Patterson-Kane, J. C., D. L. Becker, et T. Rich. « The Pathogenesis of Tendon Microdamage in Athletes: The Horse as a Natural Model for Basic Cellular Research ». Journal of Comparative Pathology 147, nᵒ 2‑3 (octobre 2012): 227‑47.

Polkinghorn, Bradley S. « A novel method for assessing elbow pain resulting from epicondylitis ». Journal of Chiropractic Medicine 1, nᵒ 3 (2002): 117‑21.

Modules associés

No items found.

Fiches synthèses associées

No items found.

Échelles et scores

No items found.
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis (optionnel mais apprécié 🙂  🙏)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
No items found.
Tous les tests
Quels tests pour une épicondylalgie latérale ?
TEST

Quels tests pour une épicondylalgie latérale ?

Évaluation du coude
L’objectif de ce test

L'épicondylalgie latérale, également connue sous le nom de "Tennis Elbow", est le syndrome de surutilisation le plus courant du coude. Elle touche 50 % des joueurs de tennis, notamment les débutants apprenant le revers à une main. Néanmoins, seulement 10 % de tous les patients atteints d’EL jouent au tennis (Ollivierre et al. 1996).
Le court extenseur radial du carpe (ECRB) est le muscle le plus fréquemment touché. Les muscles pronateurs et autres muscles extenseurs du carpe sont également fréquemment atteints.

L'étiologie exacte de l’épicondylalgie latérale (EL) n'a pas été bien identifiée.
Si à l'origine cette pathologie était considérée comme un processus inflammatoire, en particulier dans ses phases initiales, des études histopathologiques ont montré qu'il n'y a pas de cellules inflammatoires dans les biopsies d’épicondylalgie chronique (Kannus et al. 1991 ; Kraushaar et al. 1999). De plus en plus de preuves l'identifient comme une tendinose, un processus dégénératif symptomatique. Dans les situations d'étirements répétitifs, de multiples microdéchirures du tendon provoquent potentiellement une dénaturation irréversible des protéines matricielles et une prolifération du tissu fibreux (Patterson-Kane et al. 2012). Au fil du temps, ces tissus cicatriciels sont vulnérables aux forces répétitives, avec d'autres déchirures ultérieures.

La plupart des cas d’EL peuvent être cliniquement confirmés par une anamnèse approfondie sur les antécédents et des examens physiques.

Tout test capable de déclencher les symptômes typiques de l’EL peut être considéré comme une modalité d'examen efficace pour diagnostiquer un tennis elbow.

Parmi ces tests, on retrouve le test de Mill, le test de Maudsley, le test de Cozen, le test de Polk et un test de préhension avec dynamomètre.

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser le test de Mill, le patient est debout avec le coude en flexion. Avec une main, le thérapeute vient stabiliser l’avant-bras et utilise son pouce pour palper l’épicondyle latéral de l’humérus. Ensuite le kiné vient effectuer une pronation de l’avant bras, une flexion du poignet et une extension du coude, pour mettre en tension le long et court extenseur radial du carpe.

Le test est positif si le patient ressent des douleurs et des symptômes familiers.

Pour réaliser le test de Maudsley, le patient est assis et tend la main devant lui, l’avant bras en pronation. Avec une main le kiné vient stabiliser l’avant-bras tout en utilisant le pouce pour palper l’épicondyle latérale et avec l’autre main, il place une résistance sur la face dorsale de la 3ème phalange du majeur. Le patient exerce donc une extension active du majeur contre la résistance du thérapeute. Le test est positif s’il reproduit les symptômes en regard de l’épicondyle latéral.

Pour effectuer le test de Cozen, le patient est en position assise, l’avant-bras étendu. Le thérapeute maintient l'avant bras du patient en palpant l’épicondyle latéral. Il place le poignet du patient en pronation, en légère inclinaison radiale et en flexion dorsale, poing fermé. Le patient est invité à déplacer le poignet en flexion dorsale à laquelle le thérapeute oppose une résistance. Le test est positif si une douleur familière est reproduite en regard de l'épicondyle latéral.

Pour réaliser le test de Polk, le patient est assis et le coude fléchi. Le thérapeute lui demande de soulever un objet d'environ 2,5 kg de deux manières différentes.

La première phase du test de Polk est destinée à stresser les extenseurs et supinateurs du poignets tels que le court et long extenseur radial du carpe, le brachioradial et le supinateur. Le patient est invité à soulever l’objet avec l’avant-bras en pronation de sorte que la face palmaire de la main soit orientée vers le sol. La douleur produite dans le coude, généralement dans la région de l'épicondyle latéral, lors de cette manœuvre est évocatrice d'une épicondylalgie latérale. En l'absence d'épicondylalgie latérale, le patient effectue généralement cette manœuvre assez facilement et sans douleur.

La phase 2 consiste à stresser les fléchisseurs et pronateurs du poignet tels que le fléchisseur radial du carpe, le fléchisseur ulnaire du carpe, le fléchisseur superficiel des doigts, le long palmaire, le carré pronateur et le rond pronateur.

Pour effectuer le test, le patient est invité à saisir de nouveau le livre mais cette fois-ci avec la paume vers le haut, c’est à dire avec l’avant-bras en supination. Le test est positif pour une épicondylalgie médiale si une douleur est ressentie en regard de l’épicondyle médial.

En 2007, Dorf et al ont évalué la force de préhension avec un dynamomètre de Jamar à la fois avec le coude en flexion à 90° et avec le coude complètement étendu devant le patient.

Valeur clinique

Excepté pour le test de préhension avec un dynamomètre de Jamar, aucune étude de bonne qualité n’a évalué la valeur clinique pour les tests précédemment cités.

Pour le test de préhension, les auteurs ont indiqués qu’une diminution de la force de préhension en extension de 8 % par rapport à la force de préhension en flexion s'est avérée être précise à 83 % pour distinguer les extrémités atteintes d’une EL, des extrémités non atteintes (Dorf et al. 2007).

Bibliographie

Dorf, Erik R., A. Bobby Chhabra, S. Raymond Golish, Jasmin L. McGinty, et Michael E. Pannunzio. « Effect of Elbow Position on Grip Strength in the Evaluation of Lateral Epicondylitis ». The Journal of Hand Surgery 32, nᵒ 6 (août 2007): 882‑86.

Kannus, P. « Etiology and Pathophysiology of Chronic Tendon Disorders in Sports ». Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports 7, nᵒ 2 (avril 1997): 78‑85.

Kraushaar, B. S., et R. P. Nirschl. « Tendinosis of the Elbow (Tennis Elbow). Clinical Features and Findings of Histological, Immunohistochemical, and Electron Microscopy Studies ». The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume 81, nᵒ 2 (février 1999): 259‑78.

Ollivierre, C. O., et R. P. Nirschl. « Tennis Elbow. Current Concepts of Treatment and Rehabilitation ». Sports Medicine (Auckland, N.Z.) 22, nᵒ 2 (août 1996): 133‑39.

Patterson-Kane, J. C., D. L. Becker, et T. Rich. « The Pathogenesis of Tendon Microdamage in Athletes: The Horse as a Natural Model for Basic Cellular Research ». Journal of Comparative Pathology 147, nᵒ 2‑3 (octobre 2012): 227‑47.

Polkinghorn, Bradley S. « A novel method for assessing elbow pain resulting from epicondylitis ». Journal of Chiropractic Medicine 1, nᵒ 3 (2002): 117‑21.

Modules associés

No items found.

Fiches synthèses associées

No items found.

Échelles et scores

No items found.
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis à propos de ce test (optionnel)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
No items found.
This is some text inside of a div block.

Passez en Illimité

Passez dès maintenant en abonnement ILLIMITÉ pour accéder à ce test
Sans engagement
Déductible des frais professionnels
Nous répondons en quelques minutes

Ils utilisent Fullphysio, Ils témoignent

Peggy G.
Kinésithérapeute libérale
Je suis kiné depuis 24 ans, il est utile et indispensable de revoir les fondamentaux étayés par les nouvelles données scientifiques. Fullphysio est devenu un partenaire de travail efficace pour être toujours au top en un minimum de temps! la plateforme est facile d'utilisation, les fiche synthétisent parfaitement bien ce qui est essentiel à notre pratique quotidienne, de l'anatomie en passant par la biomécanique, le bilan diagnostic, le traitement et la bibliographie. belle et découverte et j'attend toujours avec impatience les nouveaux modules! Merci à toute l'équipe.
Emma U.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio constitue une base de données forte utile que j'utilise régulièrement dans ma pratique"
Justine D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est à coup sûr un outil qui m'est utile dans ma formation continue grâce aux quiz, vidéos, synthèses et modules"
Julien C.
Kinésithérapeute libéral
"Je suis kiné libéral depuis peu et j'ai découvert Fullphysio il y a quelques mois. Cette plateforme est constituée de superbes modules très complets et des fiches synthèses qui permettent en un coup d'œil de revoir les fondamentaux de certaines pathologies ! C'est un nouvel outil que j'utilise au quotidien, et qui m'aide à développer mes connaissances théoriques et pratiques, grâce aux vidéos de tests et d'exercices. Enfin chez Fullphysio votre voix compte ! Vous pouvez voter pour les prochains thèmes que vous aimeriez voir sortir. Merci à l'équipe de Fullphysio toujours à l'écoute, et qui nous facilite le travail au quotidien."
Marie P.
Étudiante kiné en 4ème année
"Je cherche à me préparer dès maintenant aux spécificités de ma future pratique professionnelle de kiné libéral. Fullphysio est un excellent moyen d’approfondir mes connaissances à propos de pathologies que je rencontrerai. Ce qui me plaît particulièrement dans Fullphysio est la manière dont sont élaborés les modules. Cela me permet de m’y retrouver très facilement et de me projeter de manière plus concrète dans la prise en charge de patients. De plus, toutes ces ressources sont établies à partir de données récentes et proviennent de sources scientifiques fiables."
Rémy M
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio m’a permis de développer beaucoup de connaissances qui étaient lointaines pour moi au niveau des pathologies ainsi qu’au niveau traitements. La qualité de l’enseignement et les exercices adaptés à chaque type de pathologie permettent un apprentissage total. Fullphysio me facilite vraiment la vie car toutes les informations sont basées sur l’évidence donc ça me permet de lire directement sans avoir à chercher par mes propres moyens. Fullphysio est une plateforme complète, interactive et très ludique avec les quiz pour se tester, l’accès aux différentes vidéos, aux différents tests qui permettent d’éliminer ou d’argumenter les différentes pathologies que peut avoir notre patient."
Arthur P.
Étudiant kiné en 4ème année
"En tant qu’étudiant en 4ème année et futur professionnel, Fullphysio m’aide à organiser mes séances, revoir mes pathologies et avoir des exemples d’exercices à adapter dans ma prise en charge avec mon patient. Je gagne beaucoup de temps avec des fiches claires et synthétiques ! On ressent beaucoup de travail derrière chaque module ! Je recommande !"
Simon G
Kinésithérapeute libéral
"Afin d’être mieux préparé à prendre en charge une pathologie bien spécifique, je n’hésite pas à consulter fullphysio.io"
Antonio B.
Étudiant kiné en 4ème année
Je suis étudiant en 4ème année, avec Fullphysio j'ai de quoi enrichir mes connaissances sur plein de sujets variés. Les modules sont hypers intéressants et à la page de l'actualité. Avec Fullphysio je gagne du temps dans mes révisions. L'équipe est très professionnelle et à l'écoute !
Julie D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est une plateforme très pratique qui regroupe beaucoup d’informations. Elle est très bien organisée, par thème et facile à utiliser. À souligner également le chouette suivi de la part de l'équipe"
Paloma M.
Étudiante kiné en 2ème année
"Étant en seconde année de kiné et voulant compléter mon enseignement. Je m'appuie désormais tous les jours sur toutes les ressources que propose Fullphysio. Les synthèses sont complètes, simples et organisées, à l'image du site d'ailleurs. Ce qui me fait gagner un temps non négligeable ! Merci beaucoup du travail que vous fournissez."
Pierre H
Kinésithérapeute libéral
"La centralisation des informations proposée par Fullphysio m'a permis de gagner un temps précieux sur mon emploi du temps. Je pourrais difficilement m'en passer maintenant"
Émilie P.
Kinésithérapeute libéral
"Grâce à Fullphysio j’ai pu améliorer la prise en charge de mes patients très rapidement !”
Savanah H.
Kinésithérapeute libéral
“Fullphysio est devenu pour moi la façon idéale de tester et rafraîchir mes connaissance grâce aux nombreux outils mis à notre disposition"
Antoine P.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est un outil très intéressant pour tout kinésithérapeute désirant maintenir ses compétences à jour"
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.

On nous pose souvent ces questions, on y répond !

À quelle fréquence sont ajoutées les ressources ?
Nous ajoutons de nouvelles ressources toutes les semaines. La conception de ces ressources nous demande un travail de recherche scientifique extrêmement important afin de vous fournir des contenus de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. 

Les modules et les fiches synthèses sont les ressources qui demandent le plus de préparation. Celles-ci sont ajoutées en moyenne tous les 15 jours.
Concernant les autres ressources, celles-ci sont ajoutées toutes les semaines.
Les ressources sont-elles régulièrement mises à jour ?
Absolument ! Nous veillons à mettre régulièrement à jour toutes nos ressources afin que vous restiez à la page et à la pointe de l'actualité en kinésithérapie.
Vous devez mettre beaucoup de temps pour créer les ressources, non ?
Toute l’équipe est mobilisée pour vous proposer des ressources de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. Nous travaillons chaque jour avec passion pour arriver à ce résultat !
Pour vous donner un ordre d'idée, pour un module et ses ressources associées, cela nous demande entre 5 à 10 jours de travail complet et 4 personnes mobilisées.

Beaucoup de travail pour nous, mais un gain de temps incroyable pour vous !
Puis-je démarrer avec un abonnement Découverte (gratuit) et passer en Illimité par la suite ?
Tout à fait ! Vous pouvez découvrir la plateforme à votre rythme avec l’abonnement Découverte qui est gratuit et passer en Illimité quand vous le souhaiterez.
Je veux souscrire à un abonnement Illimité. Comment utiliser mon code de parrainage ou mon code promo ?
Au moment où la fenêtre de paiement s’affiche vous avez simplement à cliquer sur “J’ai un code promotionnel” (voir ci-dessous) puis à indiquer votre code. La réduction sera appliquée.
Quels sont les moyens de paiements pour souscrire à un abonnement Illimité ?
Vous avez la possibilité de régler votre abonnement par carte bancaire via notre solution de paiement sécurisée Stripe.
Si je prends un abonnement Illimité mensuel, dois-je payer manuellement tous les mois ou c’est automatique ?
Votre abonnement se renouvelle automatiquement tous les mois. Vous n’avez rien à faire !
Les abonnements sont-ils vraiment sans engagement ?
Oui, les abonnements sont sans engagement. Vous avez la possibilité de résilier très facilement votre abonnement à tout moment en vous rendant sur votre Tableau de bord > Abonnement > annuler mon abonnement.
Comment modifier mon moyen de paiement ?
Rendez-vous sur votre Tableau de bord > Abonnement > Gérer mon abonnement & informations de paiement.
À qui s'adresse Fullphysio ?
Étudiants : Aux étudiants qui souhaitent gagner du temps dans la compréhension des pathologies étudiées en cours et appréhender de manière concrète les pathologies qu'ils traiteront en tant que kinésithérapeute !

Kinésithérapeutes : Aux kinés qui souhaitent gagner du temps dans la recherche d’informations essentielles à la bonne prise en charge de vos patients et qui veulent gagner en efficacité ainsi qu'en confiance dans leurs prises en charge.Aux kinés qui souhaitent perfectionner leurs compétences en permanence afin d’améliorer les résultats de leurs traitements.
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS !
Fullphysio, c’est une équipe à votre service !
Pour toute demande contactez-nous par email ou par téléphone :
+33 7 80 99 74 37
contact@fullphysio.io

Ou posez-nous directement une question ici !

Nous avons reçu votre demande !
Oups ! Il semblerait qu'un champ du formulaire soit erroné !