Tous les tests
Tests oculomoteurs - composante cervicale
TEST

Tests oculomoteurs - composante cervicale

Cervicale/Tête
L’objectif de ce test

Les tests oculomoteurs avec composante cervicale sont utilisés dans le diagnostic du vertige cervicogénique ou vertige cervical.

Le vertige cervical est un diagnostic caractérisé par des vertiges et un déséquilibre, associés à une cervicalgie chez les patients présentant une pathologie cervicale. Son diagnostic dépend de la corrélation entre les symptômes de déséquilibre et la douleur cervicale, ainsi que de l'exclusion d'autres troubles vestibulaires (Wrisley et al. 2000).

Plusieurs études ont mis en évidence des troubles du contrôle occulo-moteur et de la stabilité posturale chez les patients souffrant de douleurs du cou (Karlberg et al. 1995, Treleaven, 2008, Peng, 2018). Les vertiges cervicogéniques restent encore assez controversés dans le monde médical en raison d'une pathogénie mal comprise et de l'absence de test diagnostic spécifique (Peng, 2018). Plusieurs hypothèses ont été établies afin d’expliquer leur origine :

- Les vertiges cervicogèniques pourraient être dus à une entrée afférente anormale dans le noyau vestibulaire provenant de récepteurs articulaires endommagés dans la région cervicale supérieure (Ryan et Cope, 1955, Wrisley et al. 2000). On sait que l'input proprioceptif du cou participe à la coordination des yeux, de la tête et du corps ainsi qu'à l'orientation spatiale (Brandt et Bronstein, 2001, Peng, 2018). Son altération pourrait expliquer l’existence de ce vertige cervical. Trois types de patients ont été identifiés pour présenter ce syndrome : les patients atteints de spondylose cervicale, les patients traités par traction cervicale et les patients ayant subi un traumatisme au cou (Ryan et Cope, 1955).

La combinaison de vertiges et d'un dysfonctionnement de la colonne cervicale est souvent associée à un traumatisme en flexion-extension forcée de type whiplash, survenu lors d’un accident de la route (Wrisley et al. 2000).

- Une autre hypothèse plus récente serait l’augmentation du nombre de mécanorécepteurs et en particulier les corpuscules de Ruffini au niveau des disques cervicaux atteints (Yang et al. 2017, Peng, 2018, Liu et al. 2021). La dégénérescence discale provoque une élévation des cytokines inflammatoires, qui stimule les mécanorécepteurs dans les disques et entraîne une sensibilisation périphérique. Les entrées proprioceptives cervicales anormales des mécanorécepteurs sont transmises au système nerveux central, ce qui entraîne des discordances sensorielles avec les informations vestibulaires et visuelles, et entraîne des vertiges (Liu et al. 2021).

L’évaluation oculomotrice comporte généralement une évaluation qualitative de la capacité à maintenir le regard fixe quand la tête est en mouvement et le suivi du regard lorsque la tête est immobile.

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser le test de stabilité du regard, le patient est assis et le thérapeute lui demande de fixer un objet du regard. Le patient est invité à garder les yeux sur l’objet tandis qu’il bouge sa tête aussi loin que possible en rotation droite, en rotation gauche, en flexion puis en extension. Le test est positif si le patient est incapable de maintenir son regard fixé sur l’objet. Le test est également positif s’il présente une difficulté ou une diminution des mouvements de la tête et plus particulièrement une amplitude de moins de 45° avec la fixation du regard. Enfin, le test est positif s’il reproduit des symptômes connus par le patient comme des étourdissements, des vertiges, un trouble de la vision ou des nausées (Jull et al. 2021).

Pour réaliser le test de rotation du cou avec poursuite sans à-coups du regard , le patient est assis et fixe un objet devant lui. On lui demande de maintenir sa tête immobile tandis que ses yeux suivent l’objet qui se déplace horizontalement de gauche à droite. Une amplitude d’environ 40° et une vitesse n’excédant pas 20° par seconde a été décrite comme référence pour le mouvement de l’objet (Tjell et Rosenhall, 1998, Treleaven et al. 2005). Le patient est ensuite tourné sur la gauche de façon à obtenir une rotation du tronc de 45° et une rotation du cou vers la droite afin de maintenir le regard sur l’objet. On observe à nouveau la poursuite de la cible par le regard du patient. On répète la manœuvre du côté opposé. Le test est positif s’il reproduit les symptômes du patient dans les positions de rotation en comparaison avec la position neutre. Le test est également positif s’il provoque une augmentation des saccades de fixation du regard dans les positions de rotation du tronc particulièrement lorsqu’on croise la ligne du milieu, mais cette donnée nécessite des instruments particuliers rarement utilisés dans la pratique courante (Tjell et Rosenhall, 1998, Treleaven et al. 2005, Jull et al. 2021).

Valeur clinique

A notre connaissance, la valeur clinique du premier test  n’a pas été évaluée dans la littérature.

Le second test a été associé à une sensibilité de 90% et une spécificité de 91% lors de sa création par Tjell et Rosenhall en 1998. Une étude de 2005 lui attribue une sensibilité de 72% et une spécificité de 91% confirmant son utilité dans le diagnostic des vertiges cervicogéniques (Treleaven et al. 2005).

Bibliographie

Brandt, T, et A Bronstein. « Cervical vertigo ». Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry 71, no 1 (juillet 2001): 8‑12.

Karlberg, M., L. Persson, et M. Magnusson. « Impaired Postural Control in Patients with Cervico-Brachial Pain ». Acta Oto-Laryngologica. Supplementum 520 Pt 2 (1995): 440‑42.

Peng B, Cervical Vertigo: Historical Reviews and Advances, World Neurosurgery (2017), doi: 10.1016/j.wneu.2017.10.063.

Ryan, G. M., et S. Cope. « Cervical Vertigo ». Lancet (London, England) 269, no 6905 (31 décembre 1955): 1355‑58.

Wrisley, Diane M., Patrick J. Sparto, Susan L. Whitney, et Joseph M. Furman. « Cervicogenic Dizziness: A Review of Diagnosis and Treatment ». Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 1 décembre 2000.

Liu, Tang-Hua, Yan-Qing Liu, et Bao-Gan Peng. « Cervical Intervertebral Disc Degeneration and Dizziness ». World Journal of Clinical Cases 9, no 9 (26 mars 2021): 2146‑52.

Yang, Liang, Cheng Yang, Xiaodong Pang, Duanming Li, Hong Yang, Xinwu Zhang, Yi Yang, et Baogan Peng. « Mechanoreceptors in Diseased Cervical Intervertebral Disc and Vertigo ». Spine 42, no 8 (15 avril 2017): 540‑46.

Gwendolen Jull, Deborah Falla, Julia Treleaven, Shaun O'Leary, prise en charge des cervicalgies, paru le 1 septembre 2021

Treleaven, Julia. « Sensorimotor Disturbances in Neck Disorders Affecting Postural Stability, Head and Eye Movement Control ». Manual Therapy 13, no 1 (février 2008): 2‑11.

Tjell, C., et U. Rosenhall. « Smooth Pursuit Neck Torsion Test: A Specific Test for Cervical Dizziness ». The American Journal of Otology 19, no 1 (janvier 1998): 76‑81.

Treleaven, Julia, Gwendolen Jull, et Nancy LowChoy. « Smooth Pursuit Neck Torsion Test in Whiplash-Associated Disorders: Relationship to Self-Reports of Neck Pain and Disability, Dizziness and Anxiety ». Journal of Rehabilitation Medicine 37, no 4 (juillet 2005): 219‑23.

Modules associés

Fiches synthèses associées

No items found.

Échelles et scores

The Patient-Specific Functional Scale (PSFS)
Illimité
FABQ : Fear-Avoidance Beliefs Questionnaire
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis (optionnel mais apprécié 🙂  🙏)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
Tous les tests
Tests oculomoteurs - composante cervicale
TEST

Tests oculomoteurs - composante cervicale

Cervicale/Tête
L’objectif de ce test

Les tests oculomoteurs avec composante cervicale sont utilisés dans le diagnostic du vertige cervicogénique ou vertige cervical.

Le vertige cervical est un diagnostic caractérisé par des vertiges et un déséquilibre, associés à une cervicalgie chez les patients présentant une pathologie cervicale. Son diagnostic dépend de la corrélation entre les symptômes de déséquilibre et la douleur cervicale, ainsi que de l'exclusion d'autres troubles vestibulaires (Wrisley et al. 2000).

Plusieurs études ont mis en évidence des troubles du contrôle occulo-moteur et de la stabilité posturale chez les patients souffrant de douleurs du cou (Karlberg et al. 1995, Treleaven, 2008, Peng, 2018). Les vertiges cervicogéniques restent encore assez controversés dans le monde médical en raison d'une pathogénie mal comprise et de l'absence de test diagnostic spécifique (Peng, 2018). Plusieurs hypothèses ont été établies afin d’expliquer leur origine :

- Les vertiges cervicogèniques pourraient être dus à une entrée afférente anormale dans le noyau vestibulaire provenant de récepteurs articulaires endommagés dans la région cervicale supérieure (Ryan et Cope, 1955, Wrisley et al. 2000). On sait que l'input proprioceptif du cou participe à la coordination des yeux, de la tête et du corps ainsi qu'à l'orientation spatiale (Brandt et Bronstein, 2001, Peng, 2018). Son altération pourrait expliquer l’existence de ce vertige cervical. Trois types de patients ont été identifiés pour présenter ce syndrome : les patients atteints de spondylose cervicale, les patients traités par traction cervicale et les patients ayant subi un traumatisme au cou (Ryan et Cope, 1955).

La combinaison de vertiges et d'un dysfonctionnement de la colonne cervicale est souvent associée à un traumatisme en flexion-extension forcée de type whiplash, survenu lors d’un accident de la route (Wrisley et al. 2000).

- Une autre hypothèse plus récente serait l’augmentation du nombre de mécanorécepteurs et en particulier les corpuscules de Ruffini au niveau des disques cervicaux atteints (Yang et al. 2017, Peng, 2018, Liu et al. 2021). La dégénérescence discale provoque une élévation des cytokines inflammatoires, qui stimule les mécanorécepteurs dans les disques et entraîne une sensibilisation périphérique. Les entrées proprioceptives cervicales anormales des mécanorécepteurs sont transmises au système nerveux central, ce qui entraîne des discordances sensorielles avec les informations vestibulaires et visuelles, et entraîne des vertiges (Liu et al. 2021).

L’évaluation oculomotrice comporte généralement une évaluation qualitative de la capacité à maintenir le regard fixe quand la tête est en mouvement et le suivi du regard lorsque la tête est immobile.

Vidéo du test
Exécution du test

Pour réaliser le test de stabilité du regard, le patient est assis et le thérapeute lui demande de fixer un objet du regard. Le patient est invité à garder les yeux sur l’objet tandis qu’il bouge sa tête aussi loin que possible en rotation droite, en rotation gauche, en flexion puis en extension. Le test est positif si le patient est incapable de maintenir son regard fixé sur l’objet. Le test est également positif s’il présente une difficulté ou une diminution des mouvements de la tête et plus particulièrement une amplitude de moins de 45° avec la fixation du regard. Enfin, le test est positif s’il reproduit des symptômes connus par le patient comme des étourdissements, des vertiges, un trouble de la vision ou des nausées (Jull et al. 2021).

Pour réaliser le test de rotation du cou avec poursuite sans à-coups du regard , le patient est assis et fixe un objet devant lui. On lui demande de maintenir sa tête immobile tandis que ses yeux suivent l’objet qui se déplace horizontalement de gauche à droite. Une amplitude d’environ 40° et une vitesse n’excédant pas 20° par seconde a été décrite comme référence pour le mouvement de l’objet (Tjell et Rosenhall, 1998, Treleaven et al. 2005). Le patient est ensuite tourné sur la gauche de façon à obtenir une rotation du tronc de 45° et une rotation du cou vers la droite afin de maintenir le regard sur l’objet. On observe à nouveau la poursuite de la cible par le regard du patient. On répète la manœuvre du côté opposé. Le test est positif s’il reproduit les symptômes du patient dans les positions de rotation en comparaison avec la position neutre. Le test est également positif s’il provoque une augmentation des saccades de fixation du regard dans les positions de rotation du tronc particulièrement lorsqu’on croise la ligne du milieu, mais cette donnée nécessite des instruments particuliers rarement utilisés dans la pratique courante (Tjell et Rosenhall, 1998, Treleaven et al. 2005, Jull et al. 2021).

Valeur clinique

A notre connaissance, la valeur clinique du premier test  n’a pas été évaluée dans la littérature.

Le second test a été associé à une sensibilité de 90% et une spécificité de 91% lors de sa création par Tjell et Rosenhall en 1998. Une étude de 2005 lui attribue une sensibilité de 72% et une spécificité de 91% confirmant son utilité dans le diagnostic des vertiges cervicogéniques (Treleaven et al. 2005).

Bibliographie

Brandt, T, et A Bronstein. « Cervical vertigo ». Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry 71, no 1 (juillet 2001): 8‑12.

Karlberg, M., L. Persson, et M. Magnusson. « Impaired Postural Control in Patients with Cervico-Brachial Pain ». Acta Oto-Laryngologica. Supplementum 520 Pt 2 (1995): 440‑42.

Peng B, Cervical Vertigo: Historical Reviews and Advances, World Neurosurgery (2017), doi: 10.1016/j.wneu.2017.10.063.

Ryan, G. M., et S. Cope. « Cervical Vertigo ». Lancet (London, England) 269, no 6905 (31 décembre 1955): 1355‑58.

Wrisley, Diane M., Patrick J. Sparto, Susan L. Whitney, et Joseph M. Furman. « Cervicogenic Dizziness: A Review of Diagnosis and Treatment ». Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 1 décembre 2000.

Liu, Tang-Hua, Yan-Qing Liu, et Bao-Gan Peng. « Cervical Intervertebral Disc Degeneration and Dizziness ». World Journal of Clinical Cases 9, no 9 (26 mars 2021): 2146‑52.

Yang, Liang, Cheng Yang, Xiaodong Pang, Duanming Li, Hong Yang, Xinwu Zhang, Yi Yang, et Baogan Peng. « Mechanoreceptors in Diseased Cervical Intervertebral Disc and Vertigo ». Spine 42, no 8 (15 avril 2017): 540‑46.

Gwendolen Jull, Deborah Falla, Julia Treleaven, Shaun O'Leary, prise en charge des cervicalgies, paru le 1 septembre 2021

Treleaven, Julia. « Sensorimotor Disturbances in Neck Disorders Affecting Postural Stability, Head and Eye Movement Control ». Manual Therapy 13, no 1 (février 2008): 2‑11.

Tjell, C., et U. Rosenhall. « Smooth Pursuit Neck Torsion Test: A Specific Test for Cervical Dizziness ». The American Journal of Otology 19, no 1 (janvier 1998): 76‑81.

Treleaven, Julia, Gwendolen Jull, et Nancy LowChoy. « Smooth Pursuit Neck Torsion Test in Whiplash-Associated Disorders: Relationship to Self-Reports of Neck Pain and Disability, Dizziness and Anxiety ». Journal of Rehabilitation Medicine 37, no 4 (juillet 2005): 219‑23.

Fiches synthèses associées

No items found.

Échelles et scores

The Patient-Specific Functional Scale (PSFS)
Illimité
FABQ : Fear-Avoidance Beliefs Questionnaire
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis à propos de ce test (optionnel)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
This is some text inside of a div block.

Passez en Illimité

Passez dès maintenant en abonnement ILLIMITÉ pour accéder à ce test
Sans engagement
Déductible des frais professionnels
Nous répondons en quelques minutes

Ils utilisent Fullphysio, Ils témoignent

Peggy G.
Kinésithérapeute libérale
Je suis kiné depuis 24 ans, il est utile et indispensable de revoir les fondamentaux étayés par les nouvelles données scientifiques. Fullphysio est devenu un partenaire de travail efficace pour être toujours au top en un minimum de temps! la plateforme est facile d'utilisation, les fiche synthétisent parfaitement bien ce qui est essentiel à notre pratique quotidienne, de l'anatomie en passant par la biomécanique, le bilan diagnostic, le traitement et la bibliographie. belle et découverte et j'attend toujours avec impatience les nouveaux modules! Merci à toute l'équipe.
Emma U.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio constitue une base de données forte utile que j'utilise régulièrement dans ma pratique"
Justine D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est à coup sûr un outil qui m'est utile dans ma formation continue grâce aux quiz, vidéos, synthèses et modules"
Julien C.
Kinésithérapeute libéral
"Je suis kiné libéral depuis peu et j'ai découvert Fullphysio il y a quelques mois. Cette plateforme est constituée de superbes modules très complets et des fiches synthèses qui permettent en un coup d'œil de revoir les fondamentaux de certaines pathologies ! C'est un nouvel outil que j'utilise au quotidien, et qui m'aide à développer mes connaissances théoriques et pratiques, grâce aux vidéos de tests et d'exercices. Enfin chez Fullphysio votre voix compte ! Vous pouvez voter pour les prochains thèmes que vous aimeriez voir sortir. Merci à l'équipe de Fullphysio toujours à l'écoute, et qui nous facilite le travail au quotidien."
Marie P.
Étudiante kiné en 4ème année
"Je cherche à me préparer dès maintenant aux spécificités de ma future pratique professionnelle de kiné libéral. Fullphysio est un excellent moyen d’approfondir mes connaissances à propos de pathologies que je rencontrerai. Ce qui me plaît particulièrement dans Fullphysio est la manière dont sont élaborés les modules. Cela me permet de m’y retrouver très facilement et de me projeter de manière plus concrète dans la prise en charge de patients. De plus, toutes ces ressources sont établies à partir de données récentes et proviennent de sources scientifiques fiables."
Rémy M
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio m’a permis de développer beaucoup de connaissances qui étaient lointaines pour moi au niveau des pathologies ainsi qu’au niveau traitements. La qualité de l’enseignement et les exercices adaptés à chaque type de pathologie permettent un apprentissage total. Fullphysio me facilite vraiment la vie car toutes les informations sont basées sur l’évidence donc ça me permet de lire directement sans avoir à chercher par mes propres moyens. Fullphysio est une plateforme complète, interactive et très ludique avec les quiz pour se tester, l’accès aux différentes vidéos, aux différents tests qui permettent d’éliminer ou d’argumenter les différentes pathologies que peut avoir notre patient."
Arthur P.
Étudiant kiné en 4ème année
"En tant qu’étudiant en 4ème année et futur professionnel, Fullphysio m’aide à organiser mes séances, revoir mes pathologies et avoir des exemples d’exercices à adapter dans ma prise en charge avec mon patient. Je gagne beaucoup de temps avec des fiches claires et synthétiques ! On ressent beaucoup de travail derrière chaque module ! Je recommande !"
Simon G
Kinésithérapeute libéral
"Afin d’être mieux préparé à prendre en charge une pathologie bien spécifique, je n’hésite pas à consulter fullphysio.io"
Antonio B.
Étudiant kiné en 4ème année
Je suis étudiant en 4ème année, avec Fullphysio j'ai de quoi enrichir mes connaissances sur plein de sujets variés. Les modules sont hypers intéressants et à la page de l'actualité. Avec Fullphysio je gagne du temps dans mes révisions. L'équipe est très professionnelle et à l'écoute !
Julie D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est une plateforme très pratique qui regroupe beaucoup d’informations. Elle est très bien organisée, par thème et facile à utiliser. À souligner également le chouette suivi de la part de l'équipe"
Paloma M.
Étudiante kiné en 2ème année
"Étant en seconde année de kiné et voulant compléter mon enseignement. Je m'appuie désormais tous les jours sur toutes les ressources que propose Fullphysio. Les synthèses sont complètes, simples et organisées, à l'image du site d'ailleurs. Ce qui me fait gagner un temps non négligeable ! Merci beaucoup du travail que vous fournissez."
Pierre H
Kinésithérapeute libéral
"La centralisation des informations proposée par Fullphysio m'a permis de gagner un temps précieux sur mon emploi du temps. Je pourrais difficilement m'en passer maintenant"
Émilie P.
Kinésithérapeute libéral
"Grâce à Fullphysio j’ai pu améliorer la prise en charge de mes patients très rapidement !”
Savanah H.
Kinésithérapeute libéral
“Fullphysio est devenu pour moi la façon idéale de tester et rafraîchir mes connaissance grâce aux nombreux outils mis à notre disposition"
Antoine P.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est un outil très intéressant pour tout kinésithérapeute désirant maintenir ses compétences à jour"
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.

On nous pose souvent ces questions, on y répond !

À quelle fréquence sont ajoutées les ressources ?
Nous ajoutons de nouvelles ressources toutes les semaines. La conception de ces ressources nous demande un travail de recherche scientifique extrêmement important afin de vous fournir des contenus de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. 

Les modules et les fiches synthèses sont les ressources qui demandent le plus de préparation. Celles-ci sont ajoutées en moyenne tous les 15 jours.
Concernant les autres ressources, celles-ci sont ajoutées toutes les semaines.
Les ressources sont-elles régulièrement mises à jour ?
Absolument ! Nous veillons à mettre régulièrement à jour toutes nos ressources afin que vous restiez à la page et à la pointe de l'actualité en kinésithérapie.
Vous devez mettre beaucoup de temps pour créer les ressources, non ?
Toute l’équipe est mobilisée pour vous proposer des ressources de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. Nous travaillons chaque jour avec passion pour arriver à ce résultat !
Pour vous donner un ordre d'idée, pour un module et ses ressources associées, cela nous demande entre 5 à 10 jours de travail complet et 4 personnes mobilisées.

Beaucoup de travail pour nous, mais un gain de temps incroyable pour vous !
Puis-je démarrer avec un abonnement Découverte (gratuit) et passer en Illimité par la suite ?
Tout à fait ! Vous pouvez découvrir la plateforme à votre rythme avec l’abonnement Découverte qui est gratuit et passer en Illimité quand vous le souhaiterez.
Je veux souscrire à un abonnement Illimité. Comment utiliser mon code de parrainage ou mon code promo ?
Au moment où la fenêtre de paiement s’affiche vous avez simplement à cliquer sur “J’ai un code promotionnel” (voir ci-dessous) puis à indiquer votre code. La réduction sera appliquée.
Quels sont les moyens de paiements pour souscrire à un abonnement Illimité ?
Vous avez la possibilité de régler votre abonnement par carte bancaire via notre solution de paiement sécurisée Stripe.
Si je prends un abonnement Illimité mensuel, dois-je payer manuellement tous les mois ou c’est automatique ?
Votre abonnement se renouvelle automatiquement tous les mois. Vous n’avez rien à faire !
Les abonnements sont-ils vraiment sans engagement ?
Oui, les abonnements sont sans engagement. Vous avez la possibilité de résilier très facilement votre abonnement à tout moment en vous rendant sur votre Tableau de bord > Abonnement > annuler mon abonnement.
Comment modifier mon moyen de paiement ?
Rendez-vous sur votre Tableau de bord > Abonnement > Gérer mon abonnement & informations de paiement.
À qui s'adresse Fullphysio ?
Étudiants : Aux étudiants qui souhaitent gagner du temps dans la compréhension des pathologies étudiées en cours et appréhender de manière concrète les pathologies qu'ils traiteront en tant que kinésithérapeute !

Kinésithérapeutes : Aux kinés qui souhaitent gagner du temps dans la recherche d’informations essentielles à la bonne prise en charge de vos patients et qui veulent gagner en efficacité ainsi qu'en confiance dans leurs prises en charge.Aux kinés qui souhaitent perfectionner leurs compétences en permanence afin d’améliorer les résultats de leurs traitements.
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS !
Fullphysio, c’est une équipe à votre service !
Pour toute demande contactez-nous par email ou par téléphone :
+33 7 80 99 74 37
contact@fullphysio.io

Ou posez-nous directement une question ici !

Nous avons reçu votre demande !
Oups ! Il semblerait qu'un champ du formulaire soit erroné !