TEST

ULNT1

Évaluation du poignet et de la main
L’objectif de ce test

Dans le cas du SCC classique, il est couramment observé une augmentation de la pression intra canalaire chez de nombreux patients atteints de SCC idiopathiques lorsque les autres atteintes vasculaires ou nerveuses sont écartées. Cette augmentation de pression est retrouvée au repos, ainsi que lors des activités nécessitant des mouvements de la main. Elle peut en partie s’expliquer par de la fibrose non inflammatoire, menant à une perte de mobilité transversale du nerf lors des mouvements. Étant donné qu’il y a moins de mouvement, la pression augmente. Cependant c’est la pression intra-neurale qui serait la plus corrélée avec une altération de la fonction nerveuse lors d’une neuropathie compressive, et non la pression au sein du canal carpien (Erel et al. 2003 ; Ahn et al. 2009 ; Goss et al. 2010 ; Lee et al. 2016).
La présentation clinique du syndrome du canal carpien est très variable : elle peut comprendre des picotements, une douleur ou un engourdissement dans la distribution distale du nerf médian, et une altération de la force de préhension et de la fonction de la main affectée (Dilley et al. 2003 ; Keith et al. 2009).
Les analyses de la conduction nerveuse (NCS) sont considérées comme le gold standart pour le diagnostic du SCC (Werner et Andary 2002).
Cependant, des faux négatifs et des faux positifs peuvent survenir lorsqu'on utilise uniquement les études de conduction nerveuse pour identifier le SCC (Nathan et al., 2007; Witt et al. 2004). Pour réduire la probabilité d'un diagnostic erroné du SCC, il a été suggéré que le NCS soit corrélé avec l'historique du patient et d'autres tests cliniques (Keith et al. 2009 ; Atroshi et al. 2008 ; Graham 2008 ; Ibrahim et al. 2012).

Etant donné que les instruments d’études de conduction nerveuse (NCS) ne sont pas souvent disponibles au sein des cabinets, les tests neurodynamiques (NDTs) ont été recommandés pour le diagnostic des douleurs neuropathiques telles que le SCC (Keith et al. 2009).
Cependant, un certain nombre d'études concluent que les ULNT ne sont pas valides pour le diagnostic du SCC et auraient donc une utilité clinique limitée (Wainner et al. 2005 ; Vanti et al. 2011, 2012).  

Toutefois dans une revue de 2012, Nee et al. ont recommandé que la différenciation structurelle (SD)  devrait être ajoutée comme un critère essentiel pour confirmer la positivité d’un ULNT (Butler 2000 ; Shacklock 2005). Cette différenciation structurelle (SD) est définie comme un mouvement d'une partie du corps distante qui charge ou décharge davantage le système nerveux (par exemple, l’inclinaison controlatérale du cou augmente une réponse sensorielle dans l'avant-bras) sans modifier la tension des structures adjacentes telles que les muscles ou les tendons.

Vidéo du test
Exécution du test

Avant d’effectuer l'ULNT1, il peut être judicieux d’informer le patient sur l'exécution du test et lui demander d’indiquer verbalement l’apparition initiale des douleurs et la localisation des symptômes pendant le test. On peut également demander au patient d'évaluer toute modification des symptômes après la manœuvre de différenciation structurelle (SD) comme "identique", "plus" ou "moins".
Pour réaliser l’ULNT1, le thérapeute abaisse l'épaule, place le bras à 110° d’abduction, en rotation externe d’épaule, coude fléchi et l’avant-bras en supination. Le poignet et les doigts sont ensuite étendus. L’étape suivante consiste à effectuer une extension lente du coude tout en gardant les composantes précédentes. Enfin le patient est invité à effectuer une inclinaison controlatérale de la tête. Les mouvements ULNT1 sont effectués jusqu'à la fin de l'amplitude de mouvement disponible ou jusqu'à l'apparition de symptômes. Lorsque des symptômes par exemple, une sensation d'oppression, de tension, d'engourdissement, de picotements sont provoqués pendant une étape de l'ULNT1, le mouvement du bras est arrêté et la position du bras est maintenue. La différenciation structurelle (SD) est réalisée en demandant au patient d’effectuer une inclinaison homolatérale de la tête. Toute modification des symptômes provoqués ou évoqués pendant cette différenciation structurelle sera notée.

Valeur clinique

Dans leur étude de 2016, Bueno-Gracia et al ont considéré L'ULNT1 comme positif selon deux critères différents. Premièrement l'ULNT1 était considéré comme positif que si les symptômes cliniques du patient étaient reproduits pendant et modifiés lors de la différenciation structurelle. Deuxièmement, le test était considéré comme positif lorsque les symptômes apparaissaient au poignet ou aux trois premiers doigts de la main affectée et changeaient pendant la différenciation structurelle indépendamment de la reproduction des symptômes cliniques du patient.

Dans les lignes directrices de pratique cliniques publiées par le JOSPT en 2019, les auteurs indiquent que pour l’ULNT1 les rapports de vraisemblance positifs (+LR) vont de 0,86 à 3,67 et les rapports de vraisemblance négatifs (-LRs) vont de 0,75 à 1,90. Bueno-Gracia et al concluent dans leur étude que ce test seul ne peut pas être utilisé pour diagnostiquer le SCC.

Bonus : Un LR+ > 1 indique que le résultat est associé à la présence de la maladie tandis qu'un résultat < 1 indique un association avec l'absence de maladie.
Un LR- > 1 indique que le résultat est associé à l'absence de la maladie tandis qu'un résultat < 1 indique une association avec la présence de maladie

Bibliographie

Ahn, Seong Yeol, Youn-Ho Hong, Young Hwan Koh, Yeong Seob Chung, Sang Hyung Lee, et Hee-Jin Yang. « Pressure Measurement in Carpal Tunnel Syndrome : Correlation with Electrodiagnostic and Ultrasonographic Findings ». Journal of Korean Neurosurgical Society 46, no 3 (septembre 2009): 199‑204.

Atroshi, I., C. Gummesson, R. Johnsson, E. Ornstein, J. Ranstam, et I. Rosén. « Prevalence of Carpal Tunnel Syndrome in a General Population ». JAMA 282, no 2 (14 juillet 1999): 153‑58.

Bueno-Gracia, Elena, José Miguel Tricás-Moreno, Pablo Fanlo-Mazas, Miguel Malo-Urriés, María Haddad-Garay, Elena Estébanez-de-Miguel, César Hidalgo-García, et John R. Krauss. « Validity of the Upper Limb Neurodynamic Test 1 for the Diagnosis of Carpal Tunnel Syndrome. The Role of Structural Differentiation ». Manual Therapy 22 (1 avril 2016): 190‑95.

Butler DS. The sensitive nervous system. Adelaide, Australia: Noigroup Publications; 2000.

Dilley, Andrew, Bruce Lynn, Jane Greening, et Nicola DeLeon. « Quantitative in Vivo Studies of Median Nerve Sliding in Response to Wrist, Elbow, Shoulder and Neck Movements ». Clinical Biomechanics (Bristol, Avon) 18, no 10 (décembre 2003): 899‑907.

Erickson, Mia, Marsha Lawrence, Caroline W. Stegink Jansen, Diane Coker, Peter Amadio, et Carla Cleary. « Hand Pain and Sensory Deficits: Carpal Tunnel Syndrome ». Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy 49, no 5 (1 mai 2019).

Erel, E., A. Dilley, J. Greening, V. Morris, B. Cohen, et B. Lynn. « Longitudinal Sliding of the Median Nerve in Patients with Carpal Tunnel Syndrome ». Journal of Hand Surgery (Edinburgh, Scotland) 28, no 5 (octobre 2003): 439‑43.

Goss, Ben C., et John M. Agee. « Dynamics of Intracarpal Tunnel Pressure in Patients with Carpal Tunnel Syndrome ». The Journal of Hand Surgery 35, no 2 (février 2010): 197‑206.

Graham, Brent. « The Value Added by Electrodiagnostic Testing in the Diagnosis of Carpal Tunnel Syndrome ». JBJS 90, no 12 (1 décembre 2008): 2587‑93.

Ibrahim, I., W. S. Khan, N. Goddard, et P. Smitham. « Carpal Tunnel Syndrome: A Review of the Recent Literature ». The Open Orthopaedics Journal 6 (2012): 69‑76.

Keith, Michael Warren, Victoria Masear, Kevin C. Chung, Kent Maupin, Michael Andary, Peter C. Amadio, William C. Watters, et al. « American Academy of Orthopaedic Surgeons Clinical Practice Guideline on Diagnosis of Carpal Tunnel Syndrome ». The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume 91, no 10 (octobre 2009): 2478‑79.

Lee, Ho Jin, Il Sup Kim, Jae Hoon Sung, Sang Won Lee, et Jae Taek Hong. « Intraoperative Dynamic Pressure Measurements in Carpal Tunnel Syndrome: Correlations with Clinical Signs ». Clinical Neurology and Neurosurgery 140 (janvier 2016): 33‑37.

Nathan, P. A., R. C. Keniston, K. D. Meadows, et R. S. Lockwood. « Predictive Value of Nerve Conduction Measurements at the Carpal Tunnel ». Muscle & Nerve 16, no 12 (décembre 1993): 1377‑82.

Nee, Robert J., Gwendolen A. Jull, Bill Vicenzino, et Michel W. Coppieters. « The Validity of Upper-Limb Neurodynamic Tests for Detecting Peripheral Neuropathic Pain ». The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 42, no 5 (mai 2012): 413‑24.

Shacklock M. Clinical neurodynamics. Elsevier; 2005.

Vanti, Carla, Roberta Bonfiglioli, Monica Calabrese, Francesco Marinelli, Andrew Guccione, Francesco Saverio Violante, et Paolo Pillastrini. « Upper Limb Neurodynamic Test 1 and Symptoms Reproduction in Carpal Tunnel Syndrome. A Validity Study ». Manual Therapy 16, no 3 (juin 2011): 258‑63.

Vanti, Carla, Roberta Bonfiglioli, Monica Calabrese, Francesco Marinelli, Francesco Saverio Violante, et Paolo Pillastrini. « Relationship between Interpretation and Accuracy of the Upper Limb Neurodynamic Test 1 in Carpal Tunnel Syndrome ». Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics 35, no 1 (janvier 2012): 54‑63.

Vanti, Carla, Laura Conteddu, Andrew Guccione, Filomena Morsillo, Sergio Parazza, Carlotta Viti, et Paolo Pillastrini. « The Upper Limb Neurodynamic Test 1: Intra- and Intertester Reliability and the Effect of Several Repetitions on Pain and Resistance ». Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics 33, no 4 (mai 2010): 292‑99.

Wainner, Robert S., Julie M. Fritz, James J. Irrgang, Anthony Delitto, Stephen Allison, et Michael L. Boninger. « Development of a Clinical Prediction Rule for the Diagnosis of Carpal Tunnel Syndrome ». Archives of Physical Medicine and Rehabilitation 86, no 4 (avril 2005): 609‑18.

Modules associés

Fiches synthèses associées

Échelles et scores

FABQ : Fear-Avoidance Beliefs Questionnaire
Illimité
DN4 : Diagnostic de douleur neuropathique
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis (optionnel mais apprécié 🙂  🙏)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
TEST

ULNT1

Évaluation du poignet et de la main
L’objectif de ce test

Dans le cas du SCC classique, il est couramment observé une augmentation de la pression intra canalaire chez de nombreux patients atteints de SCC idiopathiques lorsque les autres atteintes vasculaires ou nerveuses sont écartées. Cette augmentation de pression est retrouvée au repos, ainsi que lors des activités nécessitant des mouvements de la main. Elle peut en partie s’expliquer par de la fibrose non inflammatoire, menant à une perte de mobilité transversale du nerf lors des mouvements. Étant donné qu’il y a moins de mouvement, la pression augmente. Cependant c’est la pression intra-neurale qui serait la plus corrélée avec une altération de la fonction nerveuse lors d’une neuropathie compressive, et non la pression au sein du canal carpien (Erel et al. 2003 ; Ahn et al. 2009 ; Goss et al. 2010 ; Lee et al. 2016).
La présentation clinique du syndrome du canal carpien est très variable : elle peut comprendre des picotements, une douleur ou un engourdissement dans la distribution distale du nerf médian, et une altération de la force de préhension et de la fonction de la main affectée (Dilley et al. 2003 ; Keith et al. 2009).
Les analyses de la conduction nerveuse (NCS) sont considérées comme le gold standart pour le diagnostic du SCC (Werner et Andary 2002).
Cependant, des faux négatifs et des faux positifs peuvent survenir lorsqu'on utilise uniquement les études de conduction nerveuse pour identifier le SCC (Nathan et al., 2007; Witt et al. 2004). Pour réduire la probabilité d'un diagnostic erroné du SCC, il a été suggéré que le NCS soit corrélé avec l'historique du patient et d'autres tests cliniques (Keith et al. 2009 ; Atroshi et al. 2008 ; Graham 2008 ; Ibrahim et al. 2012).

Etant donné que les instruments d’études de conduction nerveuse (NCS) ne sont pas souvent disponibles au sein des cabinets, les tests neurodynamiques (NDTs) ont été recommandés pour le diagnostic des douleurs neuropathiques telles que le SCC (Keith et al. 2009).
Cependant, un certain nombre d'études concluent que les ULNT ne sont pas valides pour le diagnostic du SCC et auraient donc une utilité clinique limitée (Wainner et al. 2005 ; Vanti et al. 2011, 2012).  

Toutefois dans une revue de 2012, Nee et al. ont recommandé que la différenciation structurelle (SD)  devrait être ajoutée comme un critère essentiel pour confirmer la positivité d’un ULNT (Butler 2000 ; Shacklock 2005). Cette différenciation structurelle (SD) est définie comme un mouvement d'une partie du corps distante qui charge ou décharge davantage le système nerveux (par exemple, l’inclinaison controlatérale du cou augmente une réponse sensorielle dans l'avant-bras) sans modifier la tension des structures adjacentes telles que les muscles ou les tendons.

Vidéo du test
Exécution du test

Avant d’effectuer l'ULNT1, il peut être judicieux d’informer le patient sur l'exécution du test et lui demander d’indiquer verbalement l’apparition initiale des douleurs et la localisation des symptômes pendant le test. On peut également demander au patient d'évaluer toute modification des symptômes après la manœuvre de différenciation structurelle (SD) comme "identique", "plus" ou "moins".
Pour réaliser l’ULNT1, le thérapeute abaisse l'épaule, place le bras à 110° d’abduction, en rotation externe d’épaule, coude fléchi et l’avant-bras en supination. Le poignet et les doigts sont ensuite étendus. L’étape suivante consiste à effectuer une extension lente du coude tout en gardant les composantes précédentes. Enfin le patient est invité à effectuer une inclinaison controlatérale de la tête. Les mouvements ULNT1 sont effectués jusqu'à la fin de l'amplitude de mouvement disponible ou jusqu'à l'apparition de symptômes. Lorsque des symptômes par exemple, une sensation d'oppression, de tension, d'engourdissement, de picotements sont provoqués pendant une étape de l'ULNT1, le mouvement du bras est arrêté et la position du bras est maintenue. La différenciation structurelle (SD) est réalisée en demandant au patient d’effectuer une inclinaison homolatérale de la tête. Toute modification des symptômes provoqués ou évoqués pendant cette différenciation structurelle sera notée.

Valeur clinique

Dans leur étude de 2016, Bueno-Gracia et al ont considéré L'ULNT1 comme positif selon deux critères différents. Premièrement l'ULNT1 était considéré comme positif que si les symptômes cliniques du patient étaient reproduits pendant et modifiés lors de la différenciation structurelle. Deuxièmement, le test était considéré comme positif lorsque les symptômes apparaissaient au poignet ou aux trois premiers doigts de la main affectée et changeaient pendant la différenciation structurelle indépendamment de la reproduction des symptômes cliniques du patient.

Dans les lignes directrices de pratique cliniques publiées par le JOSPT en 2019, les auteurs indiquent que pour l’ULNT1 les rapports de vraisemblance positifs (+LR) vont de 0,86 à 3,67 et les rapports de vraisemblance négatifs (-LRs) vont de 0,75 à 1,90. Bueno-Gracia et al concluent dans leur étude que ce test seul ne peut pas être utilisé pour diagnostiquer le SCC.

Bonus : Un LR+ > 1 indique que le résultat est associé à la présence de la maladie tandis qu'un résultat < 1 indique un association avec l'absence de maladie.
Un LR- > 1 indique que le résultat est associé à l'absence de la maladie tandis qu'un résultat < 1 indique une association avec la présence de maladie

Bibliographie

Ahn, Seong Yeol, Youn-Ho Hong, Young Hwan Koh, Yeong Seob Chung, Sang Hyung Lee, et Hee-Jin Yang. « Pressure Measurement in Carpal Tunnel Syndrome : Correlation with Electrodiagnostic and Ultrasonographic Findings ». Journal of Korean Neurosurgical Society 46, no 3 (septembre 2009): 199‑204.

Atroshi, I., C. Gummesson, R. Johnsson, E. Ornstein, J. Ranstam, et I. Rosén. « Prevalence of Carpal Tunnel Syndrome in a General Population ». JAMA 282, no 2 (14 juillet 1999): 153‑58.

Bueno-Gracia, Elena, José Miguel Tricás-Moreno, Pablo Fanlo-Mazas, Miguel Malo-Urriés, María Haddad-Garay, Elena Estébanez-de-Miguel, César Hidalgo-García, et John R. Krauss. « Validity of the Upper Limb Neurodynamic Test 1 for the Diagnosis of Carpal Tunnel Syndrome. The Role of Structural Differentiation ». Manual Therapy 22 (1 avril 2016): 190‑95.

Butler DS. The sensitive nervous system. Adelaide, Australia: Noigroup Publications; 2000.

Dilley, Andrew, Bruce Lynn, Jane Greening, et Nicola DeLeon. « Quantitative in Vivo Studies of Median Nerve Sliding in Response to Wrist, Elbow, Shoulder and Neck Movements ». Clinical Biomechanics (Bristol, Avon) 18, no 10 (décembre 2003): 899‑907.

Erickson, Mia, Marsha Lawrence, Caroline W. Stegink Jansen, Diane Coker, Peter Amadio, et Carla Cleary. « Hand Pain and Sensory Deficits: Carpal Tunnel Syndrome ». Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy 49, no 5 (1 mai 2019).

Erel, E., A. Dilley, J. Greening, V. Morris, B. Cohen, et B. Lynn. « Longitudinal Sliding of the Median Nerve in Patients with Carpal Tunnel Syndrome ». Journal of Hand Surgery (Edinburgh, Scotland) 28, no 5 (octobre 2003): 439‑43.

Goss, Ben C., et John M. Agee. « Dynamics of Intracarpal Tunnel Pressure in Patients with Carpal Tunnel Syndrome ». The Journal of Hand Surgery 35, no 2 (février 2010): 197‑206.

Graham, Brent. « The Value Added by Electrodiagnostic Testing in the Diagnosis of Carpal Tunnel Syndrome ». JBJS 90, no 12 (1 décembre 2008): 2587‑93.

Ibrahim, I., W. S. Khan, N. Goddard, et P. Smitham. « Carpal Tunnel Syndrome: A Review of the Recent Literature ». The Open Orthopaedics Journal 6 (2012): 69‑76.

Keith, Michael Warren, Victoria Masear, Kevin C. Chung, Kent Maupin, Michael Andary, Peter C. Amadio, William C. Watters, et al. « American Academy of Orthopaedic Surgeons Clinical Practice Guideline on Diagnosis of Carpal Tunnel Syndrome ». The Journal of Bone and Joint Surgery. American Volume 91, no 10 (octobre 2009): 2478‑79.

Lee, Ho Jin, Il Sup Kim, Jae Hoon Sung, Sang Won Lee, et Jae Taek Hong. « Intraoperative Dynamic Pressure Measurements in Carpal Tunnel Syndrome: Correlations with Clinical Signs ». Clinical Neurology and Neurosurgery 140 (janvier 2016): 33‑37.

Nathan, P. A., R. C. Keniston, K. D. Meadows, et R. S. Lockwood. « Predictive Value of Nerve Conduction Measurements at the Carpal Tunnel ». Muscle & Nerve 16, no 12 (décembre 1993): 1377‑82.

Nee, Robert J., Gwendolen A. Jull, Bill Vicenzino, et Michel W. Coppieters. « The Validity of Upper-Limb Neurodynamic Tests for Detecting Peripheral Neuropathic Pain ». The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 42, no 5 (mai 2012): 413‑24.

Shacklock M. Clinical neurodynamics. Elsevier; 2005.

Vanti, Carla, Roberta Bonfiglioli, Monica Calabrese, Francesco Marinelli, Andrew Guccione, Francesco Saverio Violante, et Paolo Pillastrini. « Upper Limb Neurodynamic Test 1 and Symptoms Reproduction in Carpal Tunnel Syndrome. A Validity Study ». Manual Therapy 16, no 3 (juin 2011): 258‑63.

Vanti, Carla, Roberta Bonfiglioli, Monica Calabrese, Francesco Marinelli, Francesco Saverio Violante, et Paolo Pillastrini. « Relationship between Interpretation and Accuracy of the Upper Limb Neurodynamic Test 1 in Carpal Tunnel Syndrome ». Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics 35, no 1 (janvier 2012): 54‑63.

Vanti, Carla, Laura Conteddu, Andrew Guccione, Filomena Morsillo, Sergio Parazza, Carlotta Viti, et Paolo Pillastrini. « The Upper Limb Neurodynamic Test 1: Intra- and Intertester Reliability and the Effect of Several Repetitions on Pain and Resistance ». Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics 33, no 4 (mai 2010): 292‑99.

Wainner, Robert S., Julie M. Fritz, James J. Irrgang, Anthony Delitto, Stephen Allison, et Michael L. Boninger. « Development of a Clinical Prediction Rule for the Diagnosis of Carpal Tunnel Syndrome ». Archives of Physical Medicine and Rehabilitation 86, no 4 (avril 2005): 609‑18.

Fiches synthèses associées

Échelles et scores

FABQ : Fear-Avoidance Beliefs Questionnaire
Illimité
DN4 : Diagnostic de douleur neuropathique
Illimité
Donnez votre avis
Votre avis est important, il nous aide à améliorer Fullphysio
1 - Ce test vous a-t-il été utile ?
2 - Quelle note donneriez-vous à ce test ?
3 - Rédigez un avis à propos de ce test (optionnel)
Merci pour votre avis 🙏 🙏
Oups, un champ semble mal renseigné...
Davantage de tests
This is some text inside of a div block.

Passez en Illimité

Passez dès maintenant en abonnement ILLIMITÉ pour accéder à ce test
Sans engagement
Déductible des frais professionnels
Nous répondons en quelques minutes

Ils utilisent Fullphysio, Ils témoignent

Peggy G.
Kinésithérapeute libérale
Je suis kiné depuis 24 ans, il est utile et indispensable de revoir les fondamentaux étayés par les nouvelles données scientifiques. Fullphysio est devenu un partenaire de travail efficace pour être toujours au top en un minimum de temps! la plateforme est facile d'utilisation, les fiche synthétisent parfaitement bien ce qui est essentiel à notre pratique quotidienne, de l'anatomie en passant par la biomécanique, le bilan diagnostic, le traitement et la bibliographie. belle et découverte et j'attend toujours avec impatience les nouveaux modules! Merci à toute l'équipe.
Emma U.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio constitue une base de données forte utile que j'utilise régulièrement dans ma pratique"
Justine D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est à coup sûr un outil qui m'est utile dans ma formation continue grâce aux quiz, vidéos, synthèses et modules"
Julien C.
Kinésithérapeute libéral
"Je suis kiné libéral depuis peu et j'ai découvert Fullphysio il y a quelques mois. Cette plateforme est constituée de superbes modules très complets et des fiches synthèses qui permettent en un coup d'œil de revoir les fondamentaux de certaines pathologies ! C'est un nouvel outil que j'utilise au quotidien, et qui m'aide à développer mes connaissances théoriques et pratiques, grâce aux vidéos de tests et d'exercices. Enfin chez Fullphysio votre voix compte ! Vous pouvez voter pour les prochains thèmes que vous aimeriez voir sortir. Merci à l'équipe de Fullphysio toujours à l'écoute, et qui nous facilite le travail au quotidien."
Marie P.
Étudiante kiné en 4ème année
"Je cherche à me préparer dès maintenant aux spécificités de ma future pratique professionnelle de kiné libéral. Fullphysio est un excellent moyen d’approfondir mes connaissances à propos de pathologies que je rencontrerai. Ce qui me plaît particulièrement dans Fullphysio est la manière dont sont élaborés les modules. Cela me permet de m’y retrouver très facilement et de me projeter de manière plus concrète dans la prise en charge de patients. De plus, toutes ces ressources sont établies à partir de données récentes et proviennent de sources scientifiques fiables."
Rémy M
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio m’a permis de développer beaucoup de connaissances qui étaient lointaines pour moi au niveau des pathologies ainsi qu’au niveau traitements. La qualité de l’enseignement et les exercices adaptés à chaque type de pathologie permettent un apprentissage total. Fullphysio me facilite vraiment la vie car toutes les informations sont basées sur l’évidence donc ça me permet de lire directement sans avoir à chercher par mes propres moyens. Fullphysio est une plateforme complète, interactive et très ludique avec les quiz pour se tester, l’accès aux différentes vidéos, aux différents tests qui permettent d’éliminer ou d’argumenter les différentes pathologies que peut avoir notre patient."
Arthur P.
Étudiant kiné en 4ème année
"En tant qu’étudiant en 4ème année et futur professionnel, Fullphysio m’aide à organiser mes séances, revoir mes pathologies et avoir des exemples d’exercices à adapter dans ma prise en charge avec mon patient. Je gagne beaucoup de temps avec des fiches claires et synthétiques ! On ressent beaucoup de travail derrière chaque module ! Je recommande !"
Simon G
Kinésithérapeute libéral
"Afin d’être mieux préparé à prendre en charge une pathologie bien spécifique, je n’hésite pas à consulter fullphysio.io"
Antonio B.
Étudiant kiné en 4ème année
Je suis étudiant en 4ème année, avec Fullphysio j'ai de quoi enrichir mes connaissances sur plein de sujets variés. Les modules sont hypers intéressants et à la page de l'actualité. Avec Fullphysio je gagne du temps dans mes révisions. L'équipe est très professionnelle et à l'écoute !
Julie D.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est une plateforme très pratique qui regroupe beaucoup d’informations. Elle est très bien organisée, par thème et facile à utiliser. À souligner également le chouette suivi de la part de l'équipe"
Paloma M.
Étudiante kiné en 2ème année
"Étant en seconde année de kiné et voulant compléter mon enseignement. Je m'appuie désormais tous les jours sur toutes les ressources que propose Fullphysio. Les synthèses sont complètes, simples et organisées, à l'image du site d'ailleurs. Ce qui me fait gagner un temps non négligeable ! Merci beaucoup du travail que vous fournissez."
Pierre H
Kinésithérapeute libéral
"La centralisation des informations proposée par Fullphysio m'a permis de gagner un temps précieux sur mon emploi du temps. Je pourrais difficilement m'en passer maintenant"
Émilie P.
Kinésithérapeute libéral
"Grâce à Fullphysio j’ai pu améliorer la prise en charge de mes patients très rapidement !”
Savanah H.
Kinésithérapeute libéral
“Fullphysio est devenu pour moi la façon idéale de tester et rafraîchir mes connaissance grâce aux nombreux outils mis à notre disposition"
Antoine P.
Kinésithérapeute libéral
"Fullphysio est un outil très intéressant pour tout kinésithérapeute désirant maintenir ses compétences à jour"
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.
This is some text inside of a div block.

On nous pose souvent ces questions, on y répond !

À quelle fréquence sont ajoutées les ressources ?
Nous ajoutons de nouvelles ressources toutes les semaines. La conception de ces ressources nous demande un travail de recherche scientifique extrêmement important afin de vous fournir des contenus de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. 

Les modules et les fiches synthèses sont les ressources qui demandent le plus de préparation. Celles-ci sont ajoutées en moyenne tous les 15 jours.
Concernant les autres ressources, celles-ci sont ajoutées toutes les semaines.
Les ressources sont-elles régulièrement mises à jour ?
Absolument ! Nous veillons à mettre régulièrement à jour toutes nos ressources afin que vous restiez à la page et à la pointe de l'actualité en kinésithérapie.
Vous devez mettre beaucoup de temps pour créer les ressources, non ?
Toute l’équipe est mobilisée pour vous proposer des ressources de très grande qualité et à forte valeur ajoutée. Nous travaillons chaque jour avec passion pour arriver à ce résultat !
Pour vous donner un ordre d'idée, pour un module et ses ressources associées, cela nous demande entre 5 à 10 jours de travail complet et 4 personnes mobilisées.

Beaucoup de travail pour nous, mais un gain de temps incroyable pour vous !
Puis-je démarrer avec un abonnement Découverte (gratuit) et passer en Illimité par la suite ?
Tout à fait ! Vous pouvez découvrir la plateforme à votre rythme avec l’abonnement Découverte qui est gratuit et passer en Illimité quand vous le souhaiterez.
Je veux souscrire à un abonnement Illimité. Comment utiliser mon code de parrainage ou mon code promo ?
Au moment où la fenêtre de paiement s’affiche vous avez simplement à cliquer sur “J’ai un code promotionnel” (voir ci-dessous) puis à indiquer votre code. La réduction sera appliquée.
Quels sont les moyens de paiements pour souscrire à un abonnement Illimité ?
Vous avez la possibilité de régler votre abonnement par carte bancaire via notre solution de paiement sécurisée Stripe.
Si je prends un abonnement Illimité mensuel, dois-je payer manuellement tous les mois ou c’est automatique ?
Votre abonnement se renouvelle automatiquement tous les mois. Vous n’avez rien à faire !
Les abonnements sont-ils vraiment sans engagement ?
Oui, les abonnements sont sans engagement. Vous avez la possibilité de résilier très facilement votre abonnement à tout moment en vous rendant sur votre Tableau de bord > Abonnement > annuler mon abonnement.
Comment modifier mon moyen de paiement ?
Rendez-vous sur votre Tableau de bord > Abonnement > Gérer mon abonnement & informations de paiement.
À qui s'adresse Fullphysio ?
Étudiants : Aux étudiants qui souhaitent gagner du temps dans la compréhension des pathologies étudiées en cours et appréhender de manière concrète les pathologies qu'ils traiteront en tant que kinésithérapeute !

Kinésithérapeutes : Aux kinés qui souhaitent gagner du temps dans la recherche d’informations essentielles à la bonne prise en charge de vos patients et qui veulent gagner en efficacité ainsi qu'en confiance dans leurs prises en charge.Aux kinés qui souhaitent perfectionner leurs compétences en permanence afin d’améliorer les résultats de leurs traitements.
NOUS SOMMES LÀ POUR VOUS !
Fullphysio, c’est une équipe à votre service !
Pour toute demande contactez-nous par email ou par téléphone :
+33 7 80 99 74 37
contact@fullphysio.io

Ou posez-nous directement une question ici !

Nous avons reçu votre demande !
Oups ! Il semblerait qu'un champ du formulaire soit erroné !